VIDEO. Cette Ivoirienne sculpte ses cheveux au nom du féminisme

ARTISTE Pour Laetitia Ky, la femme africaine doit s’assumer avec ses cheveux et son teint naturels…

Aurélie Bazzara

— 

Laetitia Ky sculpte ses cheveux pour faire passer des messages féministes
Laetitia Ky sculpte ses cheveux pour faire passer des messages féministes — Instagram/Laetitia Ky

« C’est évident que la femme noire africaine est magnifique. D’ailleurs, j’essaie de le montrer dans tout ce que je fais. » Pour cela, Laetitia Ky, jeune artiste ivoirienne de 21 ans, utilise ses cheveux. Sur son compte Instagram, ses 16.000 abonnés peuvent admirer ses clichés de compositions chevelues aux formes étonnantes

Ainsi, sa coupe afro se transforme en mains, en globe terrestre mais aussi en bouquet de fleurs ou encore en danseuse. La jeune femme ne craint aucun obstacle et ne se fixe aucune limite. Sa dernière entreprise : se coiffer avec du tissu wax, des cheveux aux sourcils ! « J’ai toujours adoré la coiffure, je sais faire des tresses depuis que j’ai 4 ans. Alors pourquoi ne pas aller plus loin? », lance la pétillante cadette d’une grande famille vivant dans le quartier d’Angré à Abidjan en Côte d’Ivoire.

C’est lorsqu’elle découvre un compte Instagram diffusant des vieux clichés de coiffes traditionnelles en Afrique que Laetitia Ky laisse libre cours à son imagination. « J’ai trouvé ça magnifique, artistique et vraiment impressionnant », se souvient-elle. Petit à petit, la jeune femme impose sa griffe et sa liberté de penser. Outre la performance artistique, derrière chacune de ses créations se cache un message.

« Les femmes africaines doivent comprendre qu’elles sont belles », lance l’artiste avant de déplorer : « Dans le monde, on a tendance à leur faire croire le contraire. » Car, en Côte d’Ivoire comme dans beaucoup de pays du continent, sous la pression de la publicité et de la mode, les femmes n’assument plus leurs cheveux naturels et utilisent des lotions dangereuses pour dépigmenter leur peau. « Je m’assume avec mon teint très foncé et mes cheveux naturels. Je l’exprime et j'espère convaincre », se targue cette ancienne étudiante en commerce.

Soutenue par une communauté de plus en plus grande, Laetitia Ky a pu tenir pour la première fois son atelier « Kybraids » dans la capitale économique ivoirienne. Récemment, elle est partie au Nigeria pour natter les cheveux de la chanteuse de Lagos Di’Ja. Même si elle avoue qu’au début c’était « juste pour le fun », elle espère pouvoir commercialiser ses créations et exposer ses photos. « Ça part dans tous les sens dans ma tête », conclut-elle.