Chine : les critiques pour atteintes aux droits de l’homme font de l’ombre aux J.O

CHINE Six mois avant les Jeux Olympiques, la répression continue...

— 

Répétition de la grande démonstration de Tai Chi qui ouvrira la cérémonie lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008, Xuzhou, le 23 septembre 2007.
Répétition de la grande démonstration de Tai Chi qui ouvrira la cérémonie lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008, Xuzhou, le 23 septembre 2007. — REUTERS

Alors que la Chine vient de rappeler son opposition à toute politisation des Jeux Olympiques, elle doit faire face aux critiques. Certains mouvements, comme Reporters sans frontières, dénoncent une campagne de répression persistante, notamment à l’égard des «dissidents», des journalistes et des internautes.

L’agence de presse officielle Xinhua vient d’annoncer que 44.000 sites et pages internet ont été fermés et 868 personnes arrêtées l’an dernier dans une campagne contre la pornographie. Une campagne qui, selon les organisations de défense des Droits de l’homme, touchent d’autres catégories de personnes et sites, jugés eux aussi subversifs.

Ces critiques coïncident les révélations du quotidien britannique «Sunday Times», qui accusent les autorités chinoises d’avoir cherché à dissimuler la mort d’au moins dix ouvriers lors de la construction du stade olympique de Pékin, en achetant le silence des familles. Les autorités ont promis ce mardi d’ouvrir une enquête.