Premiers pas vers la paix en RDC

- ©2008 20 minutes

— 

Tous les groupes armés congolais actifs au Nord et au Sud-Kivu ont signé mercredi un « acte d'engagement » pour une cessation immédiate des hostilités. Unanimement salué, cet engagement pour la paix dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) n'est cependant que la première étape d'un long processus, dont la réussite dépend de la bonne foi et de la volonté des acteurs locaux et régionaux.

Tout reste à faire, s'accordaient à dire hier de nombreux observateurs, responsables politiques congolais et diplomates. La phase laborieuse et cruciale du désarmement et de la démobilisation des belligérants va pouvoir commencer. « Il faut maintenant passer à la mise en oeuvre », a déclaré Alan Doss, chef de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc), reconnaissant que tous les « détails pratiques » de la démobilisation restaient « à préciser » dans le cadre d'une « commission technique ».

C'est la première fois depuis la fin de la dernière guerre en RDC (1998-2003) que les groupes armés de toute une région s'engagent collectivement et publiquement à un cessez-le-feu et à un désengagement de leurs troupes sur le terrain. Le président de la RDC, Joseph Kabila, s'est félicité de la « grande bataille gagnée ». L'acte d'engagement prévoit notamment un déploiement de casques bleus et d'observateurs pour veiller au cessez-le-feu et sécuriser les populations civiles.