Grande-Bretagne: Un homme interpellé après une brève prise d'otages dans un centre de recherche d’emploi à Newscastle

MONDE Un «homme armé d'un couteau» a pris en otage «plusieurs employés» d'un centre de recherche d'emplois de Newcastle (nord-est de l'Angleterre), avait indiqué ce vendredi matin la police locale…

C.P. avec AFP

— 

Illustration d'un centre de recherche d'emploi à Londres en 2009.
Illustration d'un centre de recherche d'emploi à Londres en 2009. — Alastair Grant/AP/SIPA

Un «homme armé d'un couteau» a été interpellé vendredi après avoir brièvement retenu en otage «plusieurs employés» d'un centre de recherche d'emplois de Newcastle, dans le nord-est de l'Angleterre. «L'homme a été arrêté» et écroué, a déclaré sur Twitter la police de Northumbria, qui avait peu avant fait état d'une libération des otages, sans préciser leur nombre.

La police avait été appelée sur place vers 8H00 (7H00 GMT). Plusieurs employés avaient rapidement pu s'enfuir et les autorités avaient envoyé sur place des négociateurs et des démineurs, craignant que le preneur d'otages ne soit en «possession d'explosifs».

«Aucun blessé n'a été rapporté à ce stade»

«Aucun blessé n'a été rapporté à ce stade», selon la police, qui a souligné que l'affaire n'avait «pas de lien avec le terrorisme» et que l'individu était «connu du centre de recherche d'emploi».

La police avait précisé que cette prise d’otages était traitée à ce stade comme un « incident isolé ». Dans un tweet publié un peu plus tard elle a confirmé qu’aucun élément de renseignement ne permettait de lier cette affaire à un fait de terrorisme.

Elle a également démenti des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux faisant état de victimes poignardées.

>> A lire aussi : VIDEO. Attentat de Londres: L'efficacité des services de sécurité remise en question

Climat de peur

Cette intervention a lieu dans un climat d’extrême fébrilité, six jours après l’attentat qui a fait huit morts et une cinquantaine de blessés dans le centre de Londres et au lendemain d’élections législatives qui ont vu la Première ministre Theresa May perdre sa majorité absolue au Parlement.

Le Royaume-Uni a été frappé par tois attentats en trois mois, deux impliquant l’usage de couteaux.