VIDEO. Chine: La vidéo d'une femme écrasée deux fois sans que personne n'intervienne choque le pays

CHOC La vidéo, vue par de nombreux Chinois, a relancé le débat sur l'assistance aux accidentés de la route dans le pays...

L.Br.

— 

La police protège les piétons qui veulent traverser la route en 2015, dans la ville de Shanghaï.
La police protège les piétons qui veulent traverser la route en 2015, dans la ville de Shanghaï. — WANG ZHAO / AFP

La vidéo d’une piétonne qui se fait renverser dans l’indifférence générale en Chine a été très partagée sur les réseaux sociaux. Diffusée sur le réseau social chinois Weibo, le 7 juin, la scène a choqué les Chinois. Même si, dans le pays, ce genre de scène n’est pas rare.

Dans cette vidéo relayée notamment par le site South China Morning Post et par un journaliste de Courrier international, une femme traverse la route et se fait renverser par une voiture. Etendue sur le bitume, elle bouge mais personne ne lui vient en aide : les piétons passent à côté d’elle, sans s’arrêter. Là, une deuxième voiture lui roule dessus : le conducteur finit par s’arrêter et descend de son véhicule. La vidéo s’arrête là.

ATTENTION : Le contenu de cette vidéo est très choquant

Une fillette de deux ans tuée en 2011

Selon un communiqué de la police locale, publié le 7 juin après la diffusion de la vidéo et repéré par The Daily Mail, l’accident a eu lieu le 21 avril à 19h54 dans la ville de Zhumadian (province de Henan). La police indique que la victime, identifiée par son prénom Ma, est décédée des suites de ses blessures. Et que les deux conducteurs ont été arrêtés par la police le 22 avril au matin et qu’une enquête en vue de leur procès est en cours.. 

Cette vidéo a indigné les membres du réseau social Weibo. Ce genre de scène n’est pourtant pas rare dans les rues chinoises. Souvenez-vous en 2011, deux véhicules avaient renversé puis écrasé une fillette de 2 ans appelée Yue Yue, provoquant l’indifférence des passants. Comment expliquer ce geste ?  Le système communiste est en partie la cause de cette indifférence, souligne Jean-Luc Domenach, directeur de recherche émérite à Sciences-Po et spécialiste de la Chine. « Si vous aviez souffert comme les Chinois ont souffert, vous auriez vous aussi un manque d’empathie. On leur a enseigné l’égoïsme, à ne pas s’intéresser aux autres. Il n’y a pas de pire enseignement du mépris des autres qu’un système communiste. »

Autre explication : les Chinois n’ont pas de temps à perdre avec l’administration ou le gouvernement. « Tout le monde a, par définition, beaucoup de choses à faire, pour la famille, pour le travail. Ce qui n’est pas gagné maintenant ne sera pas gagné le lendemain », explique Jean-Luc Domenach. Une explication culturelle difficile à comprendre, à laquelle s’ajoute le phénomène des « escrocs », ces faux blessés qui feignent d’avoir un accident pour toucher des compensations des conducteurs et même des passants qui les aident.