VIDEO. Corée du Nord: Un quatrième tir de missiles en moins de cinq semaines

COREE DU NORD Ce nouvel essai d’engins à courte portée, «provocation soigneusement calibrée», ne semble toutefois pas avoir été mené en violation des résolutions de l’ONU…

20 Minutes avec AFP

— 

Des voyageurs regardent des images des missiles lancés par la Corée du Nord, à Séoul, le 8 juin 2017.
Des voyageurs regardent des images des missiles lancés par la Corée du Nord, à Séoul, le 8 juin 2017. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

C’est le quatrième tir nord-coréen en moins de cinq semaines, alors que de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU interdisent à Pyongyang de poursuivre ses programmes balistique et nucléaire, et que Washington menace le pays d’une intervention militaire.

>> A lire aussi : Face à Pyongyang, Washington réussit un test d'interception de missile intercontinental

La Corée du Nord a tiré jeudi une salve de missiles de croisière sol-mer, nouvelle illustration de sa volonté d’avancer envers et contre tout sur la voie de ses programmes d’armement, selon le ministère sud-coréen de la Défense.

« Des provocations soigneusement calibrées »

Cet essai d’engins à courte portée ne semble toutefois pas avoir été mené en violation des résolutions de l’ONU, selon un porte-parole de l’état-major interarmes. Les restrictions internationales s’appliquent aux essais balistiques. Lee Il-Woo, analyste du réseau Korea Defence, a expliqué que les tests de missiles de croisière n’étaient pas concernés car ils « sont bien plus lents que les missiles balistiques et peuvent être abattus par des canons anti-aériens ».

« La Corée du Nord procède à des provocations soigneusement calibrées. Elle s’abstient de mener des essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui pourraient déboucher sur des représailles militaires » américaines, a jugé l’analyste.

« Parader les capacités en termes de technologies de missiles »

D’après l’état-major interarmes, les engins ont parcouru environ 200 kilomètres à une altitude de deux kilomètres avant de s’abîmer en mer du Japon. « Ces tirs visaient à parader les capacités (du Nord) en termes de technologies de missiles et de précision de frappe navale », a ajouté le porte-parole de l’état-major.

>> A lire aussi : Pour Trump, Kim Jong-un est un «fou avec des armes nucléaires»

Tokyo s’est insurgé contre les nouveaux tirs. Le Japon « ne pourra jamais tolérer ce genre de provocation », a protesté le porte-parole du ministère japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida, ajoutant cependant qu’elle était sans « conséquence immédiate sur la sécurité du Japon ».

Pyongyang, qui a procédé à des dizaines de tirs de missiles et à deux essais nucléaires depuis le début 2016, cherche à mettre au point un missile balistique intercontinental (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain, ce qui, selon le président américain Donald Trump, « n’arrivera pas ».