VIDEO. Attentat de Londres: L'efficacité des services de sécurité remise en question

GRANDE-BRETAGNE L’un des terroristes de Londres avait été signalé par les autorités italiennes en 2016, un autre apparaissait dans un documentaire diffusé l’an dernier…

M.C. avec AFP

— 

Les quartiers du MI5 à Londres, sur les bords de la Tamise.
Les quartiers du MI5 à Londres, sur les bords de la Tamise. — REX/REX/SIPA

Les services de sécurité et de renseignement sur la sellette. La polémique sur leur efficacité a pris de l’ampleur mardi au Royaume-Uni, à deux jours de législatives, après la révélation que deux des trois auteurs de l’attentat qui a frappé Londres samedi avaient été signalés aux autorités.

>> A lire aussi : Attentat de Londres: Le décès du Français Sébastien Belanger a été confirmé

L’identité de Youssef Zaghba, un Italien d’origine marocaine de 22 ans, troisième membre de l’équipée meurtrière, a été révélée mardi matin par Scotland Yard, qui a affirmé qu’il n’était pas connu des services de police. Zaghba « n’était pas un sujet d’intérêt pour la police ou le MI5 », le service de renseignement britannique, a fait savoir la police de Londres.

Mais selon les autorités italiennes, il avait été repéré en mars 2016 après avoir apparemment cherché à gagner la Syrie, et dûment signalé aux autorités britanniques. « Il a été signalé à Londres comme possible suspect », a déclaré le procureur de Bologne, Giuseppe Amato, sur Radio 24.

L’un des tueurs apparaissait dans un documentaire de Channel 4

Après cette troisième attaque en moins de trois mois revendiquée par le groupe Etat islamique, le pays s’interroge sur l’efficacité des services de sécurité. Khalid Masood, l’auteur de l’attentat de Westminster le 22 mars, Salman Abedi, le kamikaze qui s’est fait exploser à la Manchester Arena le 22 mai, et Khuram Butt, l’un des terroristes du pont de Londres, étaient connus des autorités et avaient fait l’objet de signalements du public. Khuram Butt, proche du prêcheur radical Anjem Choudary, était même apparu dans un documentaire de Channel 4 intitulé Mes voisins les djihadistes diffusé l’an dernier.

La presse britannique s’interrogeait mardi sur le fait qu’il ait pu passer entre les mailles du filet alors qu’il était apparu dans ce documentaire devant un drapeau noir évoquant celui de l’Etat islamique. « Pourquoi n’ont-ils pas arrêté "TV jihadi" ? (le djihadiste de la télé) », demandait le quotidien The Sun.

Pour le Telegraph, « il est stupéfiant que des gens qui représentent une telle menace (…) puissent étaler leur idéologie nauséabonde à la télévision sans en subir les conséquences ». « Ce sont des questions auxquelles les services de police et de renseignement devront répondre », a reconnu mardi le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, sur SkyNews.

Le chef de l’opposition travailliste a appelé Theresa May à démissionner

Si Butt était « connu des services de police et du MI5 », il n’y avait pas d’élément permettant de penser qu’une attaque était en préparation, a indiqué la police de Londres. Lors d’un déplacement au Pays de Galles, la Première ministre Theresa May a annoncé que les services de police et de renseignement allaient entreprendre un examen de leurs méthodes de travail, comme après l’attentat de Manchester.

>> A lire aussi : Le troisième auteur identifié signalé aux Anglais comme «possible suspect» en 2016

Le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn avait appelé lundi Theresa May à démissionner, lui reprochant les réductions d’effectifs policiers ordonnées lorsqu’elle était ministre de l’Intérieur (2010-2016). « Vous ne pouvez pas maintenir le pays en sécurité à moindre frais », l’a-t-il encore attaquée mardi soir, accusant la dirigeante d’avoir « taillé dans les budgets de la police, de la justice et de la protection des frontières ».

Ces critiques tombent au mauvais moment pour la dirigeante conservatrice, à deux jours d’un scrutin décisif pour la future négociation du Brexit. Son parti reste en tête des sondages, mais l’écart avec les travaillistes s’est nettement resserré. Selon une enquête Survation publiée mardi et réalisée auprès de 1.103 personnes, les Tories n’ont plus que deux points d’avance sur le Labour dans les intentions de vote.