Une jeune fille happée par une otarie - Le Rewind
Une jeune fille happée par une otarie - Le Rewind — Capture d'écran

DANGER

Canada: La fillette mordue par une otarie risque une infection grave

La bouche des otaries contient une dangereuse bactérie. Victime d'une profonde morsure, la fillette est aujourd'hui sous traitement...

La fillette avait été happée et tirée dans l’eau du port par une otarie, le 20 mai dernier à Richmond, près de Vancouver (Canada). Elle avait été sauvée grâce au réflexe de son grand-père, qui s'était jeté à l'eau pour lui venir en aide sous les caméras des témoins.

La petite fille n'est pas pour autant tirée d'affaire : elle est aujourd’hui menacée par une dangereuse infection, transmise par la bactérie mycoplasmaprésente dans la bouche de l’animal.

Une plaie de dix centimètres

La fillette était ressortie du bassin avec une plaie d’une dizaine de centimètres au niveau du dos.

Celle-ci pourrait devenir le foyer d’une grave inflammation due à cette bactérie particulièrement redoutée des soigneurs et des chasseurs sous-marins, en contact régulier avec des otaries.

>> A lire aussi : Résistance aux antibiotiques: Le sang du dragon de Komodo, piste d’un futur traitement?

Un risque d'amputation

Plusieurs personnes en contact avec les otaries ont dû subir une amputation d'un ou de plusieurs doigts après avoir été contaminé. La pathologie a d’ailleurs été surnommée « seal finger » (doigt d’otarie).

Pour éviter une telle issue, la petite fille a été placée sous traitement antibiotique. Une précaution indispensable, selon la porte-parole de l'aquarium de Vancouver : « Si un de nos employés se fait mordre par une otarie, cette personne part à l’hôpital avec une lettre de notre vétérinaire expliquant que l’infection résiste à certains antibiotiques », a expliqué Deana Lancaster à NBC News.