La Corée du Nord a procédé à un nouveau tir de missile balistique

COREE DU NORD Le missile est encore une fois tombé en mer du Japon...

N. Se. avec AFP

— 

Kim Jong-Un, le dirigeant nord-coréen, lors du test d’un nouveau type de système d’armes guidées antiaériennes, le 28 mai 2017.
Kim Jong-Un, le dirigeant nord-coréen, lors du test d’un nouveau type de système d’armes guidées antiaériennes, le 28 mai 2017. — STR / KCNA VIA KNS / AFP

Combien de missiles la Corée du Nord compte-t-elle tirer pour arriver à ses fins, toucher un jour son ennemi juré les Etats-Unis ? Pyongyang a procédé à un nouveau tir de missile balistique, a rapporté lundi matin l’agence de presse sud-coréenne Yonhap citant des sources militaires. Une information confirmée mardi par Pyongyang.

>> A lire aussi : Corée du Nord: Kim supervise l’essai d’un nouveau système d’armes guidées antiaériennes

Le missile non identifié a été tiré d’un lieu situé non loin de la ville côtière nord-coréenne de Wonsan, a indiqué le chef d’état-major sud-coréen, tandis que le nouveau président, Moon Jae-In, convoquait une réunion du conseil de sécurité nationale, selon Yonhap.
Selon le Commandement américain du Pacifique, le missile de courte portée a été suivi durant six minutes sur les radars jusqu’à ce qu’il tombe en mer du Japon, et ne représentait aucun danger pour l’Amérique du nord. Pour l'agence officielle KCNA, ce tir, supervisé par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a été un succès. "Le missile balistique a volé vers l'est où le jour se levait et a parfaitement atteint sa cible après avoir parcouru la moitié de la distance dont il est capable", a précisé l'agence nord-coréenne.

Pyongyang a mené deux tests nucléaires l’année dernière et a accéléré son programme de tirs de missiles malgré les sanctions économiques importantes imposées par les Nations unies. Dimanche, on apprenait que Kim Jong-Un, le dirigeant nord-coréen, avait assisté au « test d’un nouveau type de système d’armes guidées antiaériennes » destiné à « détecter et frapper différentes cibles volant dans toutes les directions », selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.
Les dirigeants du G7 ont qualifié samedi les tests nucléaires et de missiles nord-coréens de « menace grave » et se sont dits prêts à prendre des mesures, une démarche saluée par le Japon. D’ailleurs, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a été l’un des premiers à condamner ce nouveau tir et souhaité une « réaction concrète » avec les Etats-Unis. « Nous ne tolérerons jamais que la Corée du Nord continue ses provocations et ignore les avertissements répétés de la communauté internationale », a-t-il déclaré.