Corée du Nord: Kim supervise l’essai d’un nouveau système d’armes guidées antiaériennes

COREE DU NORD Un type d’arme destiné à « détecter et frapper différentes cibles volant dans toutes les directions »…

N. Se. avec AFP

— 

Illustration de Kim Jong-Un assistant à des essais militaires, fournie par la KCNA le 22 mai 2017.
Illustration de Kim Jong-Un assistant à des essais militaires, fournie par la KCNA le 22 mai 2017. — CréditSTR / KCNA VIA KNS / AFP

Kim Jong-Un, jeune dirigeant nord-coréen, a un passe-temps pas comme les autres : assister à de nombreux tests à caractère militaire. Dimanche dernier, il supervisait une nouvelle fois l’essai d’un missile balistique de portée intermédiaire, suscitant comme à l’accoutumée, des condamnations internationales en série et la menace d’un durcissement des sanctions.

>> A lire aussi : Corée du Nord: Pour Trump, Kim Jong-un est un «fou avec des armes nucléaires»

Pour varier les plaisirs, Kim Jong-Un s’est cette fois-ci diverti en assistant au « test d’un nouveau type de système d’armes guidées antiaériennes » destiné à « détecter et frapper différentes cibles volant dans toutes les directions », a annoncé l’agence officielle nord-coréenne KCNA, dimanche. Pyongyang avait déjà testé ce nouveau système en avril 2016, mais des défauts avaient été repérés, selon KCNA. Cette fois, M. Kim a selon l’agence pu vérifier que toutes les lacunes du système avaient été « parfaitement comblées ».
L’efficacité de ce système « détectant et traquant des cibles a augmenté de façon remarquable et sa précision a aussi augmenté », s’est félicité le dirigeant nord-coréen, selon l’agence d’Etat.

Apparemment très fier de son nouveau joujou, Kim Jong-Un a ajouté que ce système « devrait être produit en grande quantité et déployé dans tout le pays, comme la forêt, pour ruiner complètement le rêve fou de l’ennemi de contrôler les airs ». Des déclarations qui ne vont pas rassurer la communauté internationale. La Chine, seule alliée de la Corée du Nord, avait pourtant tenté d’apaiser les tensions en demandant à Pyongyang de ne « pas conduire de nouveaux tests nucléaires et balistiques » et de faire preuve « immédiatement d’un engagement sincère pour la dénucléarisation à travers des actions concrètes ».