Attentat à Manchester: La communauté musulmane aux côtés des victimes

REPORTAGE Après l’attentat de lundi, les musulmans de Manchester redoutent une augmentation des actes islamophobes et affirment leur appartenance à la ville…

Thibaut Chevillard

— 

Une foule rassemblée à St Ann's Square pour rendre hommage aux victimes de l'attaque de Manchester.
Une foule rassemblée à St Ann's Square pour rendre hommage aux victimes de l'attaque de Manchester. — Ben STANSALL / AFP

De notre envoyé spécial à Manchester,

Le cœur de Manchester s’est arrêté de battre, jeudi matin. Les Mancuniens voulaient une nouvelle fois rendre hommage aux victimes de l’attentat de la Manchester Arena en observant une minute de silence, à 11 heures.

Pendant soixante secondes, plus un bruit, plus un mouvement dans la ville. Quelques sanglots. Beaucoup d’émotion. De nombreuses personnes se sont rendues spontanément à Saint Ann’s Square, où sont déposés, depuis trois jours, des fleurs, des ballons, des peluches et des bougies au pied d’une statue.

>> A lire aussi : Suivez la situation en direct

Parmi elles, Jabeen, 34 ans. Elle est triste pour « tous les enfants » tués, lundi soir, après un concert d’Ariana Granda, et se sent « proche » de leurs familles, explique-t-elle les larmes aux yeux. « Comment quelqu’un peut-il vouloir faire ce genre de chose ? ». La jeune femme est musulmane et porte le voile. Elle souligne n’avoir jamais eu de problème à cause de cela. Mais elle entend bien ce que certaines personnes disent des musulmans depuis l’attaque. « Daesh attaque aussi les gens dans les pays musulmans, ils détestent tout le monde, souffle Jabeen. C’est pourquoi nous devons les combattre tous ensemble ».

>> A lire aussi : Les Mancuniens refusent de céder à la peur

La crainte d’attaques contre les musulmans existe pourtant. Dans la nuit de mardi à mercredi, des individus ont essayé de mettre le feu à une mosquée d’Oldham. « Nous ne savons pas pourquoi quelqu’un voudrait s’en prendre à nous » explique au Daily Mail l’iman Mohammad Saddiq. « Il est possible qu’il y ait une relation avec ce qu’il s’est passé l’autre nuit à Manchester, mais nous ne pouvons pas le confirmer », a-t-il ajouté. L’attentat de la Manchester Arena, dit-il, « est terrible, mais ce n’est pas la bonne façon de répondre ».

« Il fallait s’attendre à ce que ce genre de choses arrive », confie Tanhim, un musulman de 22 ans. « Mais c’est une minorité de gens qui agissent ainsi », affirme le jeune homme rencontré au Albert Square. Lui aussi, dit-il, n’a jamais eu de problème à cause de sa religion. « La majorité des gens à Manchester vivent tous ensemble. Il n’y a pas de problème entre les différentes communautés. C’est l’esprit de la ville, j’en suis fier. Et en ce moment, on se tient debout, tous ensemble. »