Des policiers philippins annoncent l'application de la loi martiale
Des policiers philippins annoncent l'application de la loi martiale — TED ALJIBE / AFP

TROUBLES

Philippines: Un policier décapité dans le sud après l'application de la loi martiale

Le président Rodrigo Duterte a précisé ce mercredi qu’il pourrait déclarer ce régime d’exception « dans tout le pays pour protéger la population »...

Au lendemain de l’instauration de la loi martiale par le président Rodrigo Duterte, des islamistes ont décapité un chef de la police et pris plusieurs otages dont un prêtre dans le sud des Philippines,.

« Le chef de la police de Malabang a été stoppé alors qu’il rentrait chez lui à un point de contrôle opéré par des terroristes et je crois qu’ils l’ont décapité sur place directement », a déclaré le président pour justifier la loi martiale imposée dans le sud des Philippines.

>> A lire aussi : Malgré des milliers de morts, Trump estime que Duterte fait «un travail formidable» pour lutter contre la drogue

Un régime d’exception rappelant le temps de la dictature

Rodrigo Duterte a précisé ce mercredi qu’il pourrait déclarer ce régime d’exception « dans tout le pays pour protéger la population ».

Le président a imposé la loi martiale mardi soir dans la région de Mindanao, lorsque des combattants ayant prêté serment à l’organisation djihadiste Etat islamique (EI) se sont affrontés aux forces de sécurité et ont incendié des bâtiments dans la localité de Marawi.

Il a prévenu que la mise en œuvre du régime d’exception rappellerait le temps de la dictature. Il s’agit non seulement de mettre fin aux combats à Marawi mais aussi d’affronter la menace islamiste inspirée de l’organisation de l’Etat islamique à travers Mindanao.