Trump à la rencontre d'Abbas et du vieux rêve palestinien d'indépendance

DIPLOMATIE Le chef d'Etat américain poursuit son déplacement au Moyen-Orient... 

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump et Mahmoud Abbas
Donald Trump et Mahmoud Abbas — MANDEL NGAN / AFP

Donald Trump a effectué ce mardi le court déplacement de Jérusalem en Cisjordanie occupée pour rencontrer le président Mahmoud Abbas soucieux d’exposer à nouveau le rêve palestinien d’Etat indépendant à un président américain qui n’a toujours pas précisé ses plans.

Donald Trump, qui s’est familiarisé lundi avec certaines réalités du conflit israélo-palestinien à Jérusalem et lors de ses entretiens avec les dirigeants israéliens, devrait découvrir un autre narratif en se rendant à Bethléem à la rencontre de Mahmoud Abbas.

>> A lire aussi : Donald Trump, premier président américain à se rendre au mur des Lamentations

Après s’être recueilli devant le mur des Lamentations, haut lieu du judaïsme, Donald Trump devrait avoir l’occasion mardi de voir ou entrevoir sur son trajet un autre mur : celui qu’Israël a construit face à la Cisjordanie pour se protéger selon l’Etat hébreu des attaques palestiniennes.

Une grande partie de la ville de Bethléem vit à l’ombre du mur, « barrière de sécurité » pour les Israéliens, « mur de l’apartheid » pour les Palestiniens dont il empoisonne la vie.

Un accord diplomatique « ultime » voulu par Trump

Cependant, une grande banderole proclamant en anglais « la ville de la paix salue l’homme de la paix » a été tendue sur le chemin prévu de Donald Trump, en face du mur et d’un mirador à l’entrée de la ville quadrillée par les forces de sécurité palestiniennes.

En Israël comme en Cisjordanie, celui qui ambitionne de présider à l’accord diplomatique « ultime » pourra se convaincre si, oui ou non, faire la paix « n’est peut-être pas aussi difficile que les gens le croient depuis des années », comme il l’a dit en mai devant Mahmoud Abbas à la Maison Blanche.

Lundi à Jérusalem, au côté du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il semble en avoir rabattu. « On m’a dit que, de tous les accords, c’était l’un des plus durs, mais j’ai l’impression que nous finirons par y arriver. J’espère. »