Attentat à Manchester: Portes ouvertes, taxis gratuits et Safety Check, la solidarité répond à la terreur

GRANDE-BRETAGNE Les habitants de Manchester s’organisent après l’attaque qui a fait au moins 22 morts et 60 blessés, lundi soir…

P.B.

— 

Des spectateurs du concert d'Ariana Grande sous le choc après le probable attentat qui a frappé une salle de concert de Manchester, le 22 mai 2017.
Des spectateurs du concert d'Ariana Grande sous le choc après le probable attentat qui a frappé une salle de concert de Manchester, le 22 mai 2017. — Peter Byrne/AP/SIPA

Les réflexes deviennent presque routiniers. Après « l’incident terroriste » qui a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés lors d’un concert d’Ariana Grande, à Manchester, lundi soir, une machine tristement bien huilée s’est mise en route. Il y a d’abord eu le hashtag incontournable #PrayForManchester, et puis les appels déchirants pour retrouver un proche. Et au milieu de l’horreur, un peu de réconfort, avec la solidarité des Mancuniens.

>> A lire aussi : Suivez la situation en direct

Facebook active son Safety Check

Quand les lignes téléphoniques sont saturées, c’est souvent le meilleur moyen pour rassurer ses proches. Facebook a activé son outil très rapidement, lundi soir. Safety Check a été activé plus de 300 fois depuis son lancement, il y a trois ans.

#RoomForManchester

Comme lors des attentats de Paris ou lors de l’explosion à Dortmund, les internautes se sont vite organisés pour lancer le hashtag #RoomForManchester. Le maire de la ville l’a même tweeté, appelant toutefois les mineurs, nombreux parmi les fans d’Ariana Grande, à passer la nuit dans des hôtels et pas chez l’habitant.

L’auberge Holiday Inn a d’ailleurs accueilli plusieurs dizaines d’enfants, et mis à disposition un numéro de téléphone pour tous les parents inquiets.

Les taxis et Uber gratuits

Avec plus de 20.000 spectateurs à la Manchester Arena, il y a eu une importante foule à évacuer. Rapidement, les taxis ont coupé leur compteur, et Uber a fait de même, comme c’est souvent le cas en cas d’attentat ou de catastrophe naturelle.