Israël: Donald Trump, premier président américain à se rendre au mur des Lamentations

DIPLOMATIE Il a glissé un bout de papier entre les pierres du mur, comme le veut la tradition…

Manon Aublanc avec AFP

— 

Donald Trump lors de sa venue à Jérusalem s'est rendu au mur des Lamentations, le 22 mai 2017.
Donald Trump lors de sa venue à Jérusalem s'est rendu au mur des Lamentations, le 22 mai 2017. — MANDEL NGAN / AFP

Donald Trump s’est recueilli ce lundi en milieu d’après-midi devant le mur des Lamentations, à Jérusalem, devenant le premier président américain en exercice à se rendre sur ce haut lieu du judaïsme. 

Donald Trump, qui portrait une kippa noire, a posé la main sur le mur et a glissé, selon la tradition, un bout de papier dans les interstices des pierres.

Donald Trump avait promis de reconnaître Jérusalem comme la capitale israélienne

Ces papiers contiennent habituellement des prières ou des vœux. Le 45e président des Etats-Unis a ensuite écrit quelques mots sur un grand livre prévu à cet effet.

Donald Trump s’est rendu au mur sans être accompagné d’un dirigeant israélien. La présence éventuelle d’un dirigeant israélien avait soulevé des questions avant la visite. Elle aurait pu être interprétée comme une reconnaissance de souveraineté israélienne sur les lieux de la part des Etats-Unis alors que l’administration américaine continue de considérer que le statut diplomatique de Jérusalem reste à négocier.

Le mur des Lamentations se trouve à Jérusalem-Est, partie palestinienne dont Israël s’est emparé en 1967 et qu’il a annexé en 1980. Israël considère tout Jérusalem comme sa capitale « indivisible » tandis que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Donald Trump a promis pendant sa campagne de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des Etats-Unis actuellement située à Tel-Aviv, rompant ainsi avec la communauté internationale et des décennies de diplomatie américaine. Avant cette visite historique sur ce site de prière le plus sacré pour les juifs, Donald Trump et sa famille avaient visité le Saint Sépulcre, lieu le plus sacré du christianisme, également situé à Jérusalem-Est.