Iran: Le ministre des affaires étrangères dénonce les «attaques» de Donald Trump

ÇA CHAUFFE En visite à Ryad, Donald Trump avait appelé à isoler Téhéran…

M.C. avec AFP

— 

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au Kirghizistan, le 19 avril 2017.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au Kirghizistan, le 19 avril 2017. — Vyacheslav OSELEDKO / AFP

Après les propos de Donald Trump, la réplique de l’Iran n’a pas tardé. Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé dimanche dans un tweet les « attaques » formulées contre son pays par le président américain à Ryad, suggérant que Washington voulait « pomper » l’argent de l’Arabie saoudite.

>> A lire aussi : Donald Trump appelle à «isoler» l'Iran

Il s’agit de la première réaction officielle iranienne après un discours prononcé dimanche à Ryad par Donald Trump qui a accusé l’Iran de « soutenir le terrorisme ». « L’Iran, qui vient de tenir de vraies élections, est attaqué par le président des Etats-Unis dans ce bastion de la démocratie et de la modération, a dit Javad Zarif, en parlant de l’Arabie saoudite. « S’agit-il de politique étrangère ou de pomper 480 milliards de dollars » au roi de l’Arabie saoudite ?, a-t-il poursuivi.

Appel de Trump à « isoler » l’Iran

Washington et Ryad ont signé samedi, au premier jour de la visite de Donald Trump à Ryad, des méga-contrats de plusieurs centaines de milliards de dollars dont 110 milliards de dollars consacrés à l’achat d’armement américain par l’Arabie saoudite.

>> A lire aussi : Courbette et voile, Donald Trump marche dans les pas des Obama qu’il avait critiqués

Dans un discours devant les représentants d’une cinquantaine de nations musulmanes, le président Trump a appelé dimanche tous les pays à « isoler » l’Iran. « Du Liban à l’Irak en passant par le Yémen, l’Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d’autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région », a-t-il dit.

L’Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite, deux puissances régionales, s’opposent sur tous les conflits régionaux, notamment sur la Syrie ou le Yémen. Le président iranien Hassan Rohani, un modéré qui a opéré une ouverture envers les Occidentaux et engagé des réformes, a été largement réélu cette semaine.