Donald Trump appelle à «isoler» l'Iran

DIPLOMATIE Le président américain accuse la République islamique d’attiser « les feux du conflit sectaire et du terrorisme »…

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump à son arrivée à Ryad en Arabie saoudite, le 20 mai 2017.
Donald Trump à son arrivée à Ryad en Arabie saoudite, le 20 mai 2017. — AFP
  • Le président américain Donald Trump a appelé dimanche tous les pays à « isoler » l’Iran.
  • Il accuse  la République islamique d’attiser « les feux du conflit sectaire et du terrorisme ».
  • Il s’est en outre déclaré porteur d’un message « d’amitié, d’espoir et d’amour ».

Le président américain Donald Trump a appelé dimanche tous les pays à « isoler » l’Iran, dans un discours à Ryad devant les représentants d’une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d’Etat ou de gouvernement.

« Du Liban à l’Irak en passant par le Yémen, l’Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d’autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région », a déclaré Donald Trump dans son discours.

>> A lire aussi : Trump. La lutte antiterroriste n'est «pas une bataille entre religions»

« En attendant que le régime iranien montre sa volonté d’être un partenaire dans la paix, toutes les nations dotées d’un sens des responsabilités doivent travailler ensemble pour l’isoler », a-t-il dit en accusant la République islamique d’attiser « les feux du conflit sectaire et du terrorisme ».

Un peu plus tôt, le roi Salmane d’Arabie saoudite s’était livré, à l’ouverture du sommet entre pays musulmans et Etats-Unis, à une attaque sans précédent contre l’Iran qu’il a qualifié de « fer de lance du terrorisme mondial ».

Un message « d’amitié, d’espoir et d’amour »

Par ailleurs, le président américain Donald Trump s’est déclaré porteur d’un message « d’amitié, d’espoir et d’amour », dans un discours sur l’islam à Ryad devant les représentants d’une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d’Etat ou de gouvernement. Il a exhorté les pays musulmans à n’offrir aucun « refuge aux terroristes » et a annoncé un accord avec les pays du Golfe pour lutter contre le financement du « terrorisme ».

Il a encore dit que les nations arabes, musulmanes et du Moyen-Orient « avaient été les plus touchées par les tueries et les pires destructions dans cette vague de violences fanatiques ».