Israël ferme tous les passages avec la bande de Gaza

PROCHE-ORIENT Un chef des brigades d'Al-Aqsa tué en Cisjordanie...

Avec agence

— 

L'armée israélienne a accentué jeudi la pression sur la bande de Gaza, imposant un blocus et tuant cinq activistes ainsi que deux femmes, alors que les groupes armés palestiniens faisaient tomber une pluie de roquettes sur le sud d'Israël.
L'armée israélienne a accentué jeudi la pression sur la bande de Gaza, imposant un blocus et tuant cinq activistes ainsi que deux femmes, alors que les groupes armés palestiniens faisaient tomber une pluie de roquettes sur le sud d'Israël. — Mahmud Hams AFP

L'armée israélienne a accentué jeudi la pression sur la bande de Gaza, imposant un blocus et tuant cinq activistes ainsi que deux femmes, alors que les groupes armés palestiniens faisaient tomber une pluie de roquettes sur le sud d'Israël.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a ordonné jeudi soir la «fermeture de tous les passages» avec la bande de Gaza, à la suite de la poursuite des tirs de roquettes contre Israël.

«Le ministre a ordonné la fermeture de tous les passages frontaliers entre Israël et la bande de Gaza», a dit le porte-parole du ministère de la Défense, précisant toutefois qu'Israël autoriserait des passages pour répondre à des «nécessités humanitaires exceptionnelles».

«Entité hostile»

«Cette mesure, qui devrait rester en vigueur plusieurs jours, concerne aussi bien le trafic des marchandises que le passage des personnes».

Israël a imposé depuis plusieurs mois toute une série de sanctions économiques à la bande de Gaza, décrétée «entité hostile» après sa prise de contrôle par le mouvement islamiste Hamas qui prône la poursuite de la lutte armée et à long terme la destruction de l'Etat juif.

Toutefois, Israël n'avait pas imposé de blocus général à ce territoire misérable et surpeuplé, où vivent 1,3 million de Palestiniens.

«Il y a une guerre en cours»

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a annoncé plus tôt que son pays poursuivrait ses attaques contre la bande de Gaza.

«Dans le sud (d'Israël), il y a une guerre en cours, et nous ferons tout notre possible pour mettre fin à ces tirs inacceptables (...) Nous allons continuer de lutter sans merci contre le Hamas, le Jihad (islamique) et tous nos ennemis», a déclaré Ehud Olmert.

Une quarantaine de roquettes

Le Hamas est responsable, avec le Jihad islamique --un groupe armé plus radical-- de la plupart des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers le sud d'Israël.

Jeudi, une quarantaine de roquettes ont été tirées depuis Gaza contre le territoire israélien, faisant quatre blessés légers et des dommages matériels, selon l'armée israélienne.

Raids

Dans la bande de Gaza, l'aviation israélienne a mené dans la journée une série de raids, dont l'un a fait deux morts, un activiste et sa femme qui se trouvaient à bord d'une voiture dans le nord du territoire.

Dans un autre raid aérien, un missile a touché une voiture transportant des membres de la branche armée du Jihad islamique, tuant deux hommes. L'explosion a également touché une carriole toute proche, tuant une femme et blessant grièvement un enfant.

Un porte-parole militaire a confirmé cette attaque, dans le nord de la bande de Gaza, affirmant qu'elle avait visé des Palestiniens qui «venaient de tirer des roquettes contre Israël». Il a accusé les groupes armés palestiniens de lancer leurs attaques à partir de zones habitées, mettant ainsi en péril les civils.

«Un camouflet aux négociations de paix»

Dans une attaque sur un quartier sud de la ville de Gaza, un chef local de la branche armée du Hamas et un autre activiste ont été tués.

«Les raids et l'escalade militaire d'Israël visent à infliger un camouflet aux négociations de paix israélo-palestiniennes», a déclaré à l'AFP le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina.

«Légitime défense»

Il a appelé les Etats-Unis «à intervenir rapidement pour empêcher une nouvelle détérioration, qui pourrait porter un coup fatal à la chance historique de paix».

De son côté, Washington a appelé Israël à éviter «autant que possible» les victimes civiles dans la bande de Gaza, tout en qualifiant de «légitime défense» les raids de l'aviation israélienne à Gaza après de nouveaux tirs de roquette.

Les nouveaux décès ont porté à 6.082 le nombre de personnes tuées dans les violences israélo-palestiniennes depuis 2000, en grande majorité des Palestiniens, selon un bilan établi par l'AFP.

En Cisjordanie

Les violences ne touchent pas uniquement la bande de Gaza. Un chef local des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, groupe armé affilié au Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, a été tué vendredi à l'aube par l'armée israélienne, à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.