Corée du Nord: Pyongyang affirme que le missile tiré dimanche était un nouveau modèle

COREE DU NORD Il était capable de transporter une « puissante tête nucléaire », selon le régime...

M.C. avec AFP

— 

Le leader nord-coréen Kim Jong-un montré à la télévision dans une gare de Séoul, le 14 mai 2017.
Le leader nord-coréen Kim Jong-un montré à la télévision dans une gare de Séoul, le 14 mai 2017. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

Un nouveau modèle de missile « capable de transporter une grande et puissante tête nucléaire ». Le tir effectué dimanche à l’aube avait pour but, affirme le régime de Pyongyang, d’examiner « les caractéristiques et les détails techniques » d’un nouveau type de missile.

>> A lire aussi : Où en est-on après le nouveau tir de missile?

Le tir de dimanche a permis de lancer « un nouveau modèle de missile balistique stratégique de moyenne à longue distance, le Hwasong-12 », s’est vanté lundi la Corée du Nord via KCNA, son agence de presse d’état, en précisant que Kim Jong-Un, le leader nord-coréen, avait « personnellement supervisé ce test ». Il s’agissait du deuxième tir par Pyongyang en 15 jours, et du premier depuis la prestation de serment mercredi du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In.

Il aurait parcouru 787 km

Le missile aurait suivi sa trajectoire prévue, pour atteindre une altitude de 2.111 km, et il aurait parcouru 787 km avant de tomber « précisément à l’endroit prévu », a ajouté l’agence de presse nord-coréenne.

Ce tir de missile dimanche est le premier du régime de Pyongyang depuis l’arrivée au pouvoir cette semaine du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In, qui a aussitôt réagi en parlant d’une « provocation irresponsable ». Après ce tir, les Etats-Unis ont réclamé dimanche une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU et un renforcement des sanctions contre la Corée du Nord.

« Il n’y a aucune excuse qui justifie les agissements de la Corée du Nord », a tonné dimanche soir sur Twitter l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley : « (Le missile) est (tombé) près de la Russie. La Chine ne peut pas compter sur un dialogue. La menace est réelle », a-t-elle insisté.