RussiaGate: Donald Trump met en garde l’ex-patron du FBI de ne pas faire fuiter leurs conversations

ETATS-UNIS Le président américain a mis en garde ce vendredi matin, l’ancien patron du FBI James Comey, de ne pas faire de révélations à la presse…

M.F avec AFP

— 

Donald Trump à Washington, le 4 avril 2017.
Donald Trump à Washington, le 4 avril 2017. — WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Mais que sait James Comey ? Contre toute attente, mardi 9 mai, Donald Trump a décidé de limoger le patron du FBI. Ce vendredi le président des États-Unis a en plus de ça, menacé James Comey, au cas où celui-ci aurait envie de faire des révélations à la presse.

« James Comey ferait bien d’espérer qu’il n’existe pas "d’enregistrements" de nos conversations avant qu’il ne commence à faire des révélations à la presse ! », a tweeté le milliardaire américain.

Le président a indiqué jeudi dans un entretien à NBC avoir eu deux conversations téléphoniques, et un dîner, avec James Comey. Lors de ces rencontres, Donald Trump lui aurait demandé s’il était visé par l’enquête du FBI sur des liens avec la Russie durant la campagne électorale de 2016. Une déclaration qui avait alimenté les soupçons d’ingérence ou d’intimidation.

>>À lire aussi: VIDEO. Etats-Unis: Le patron du FBI, qui a appris son limogeage à la télé, pensait que c'était un canular

Bient que James Comey lui ait assuré qu’il n’y avait pas d’enquête à son sujet, le président avait pris la décision de le renvoyer. Il a ensuite admis qu’il avait l’affaire avec la Russie en tête à ce moment-là.

Annulation de tous les points de presse

L’occupant de la Maison Blanche a également réagi ce vendredi matin aux critiques concernant la communication de ses équipes après le limogeage surprise de James Comey. Les versions ont en effet fluctué au fil des jours, différant même en fonction des interlocuteurs.

« En tant que président très actif avec énormément de choses en cours, il n’est pas toujours possible à mes équipes de se tenir sur un podium en ayant une parfaite exactitude », a-t-il relevé. « La meilleure chose serait peut-être d’annuler tous les "points de presse" à l’avenir et de remettre des réponses par écrit pour davantage d’exactitude », a-t-il poursuivi.