VIDEO. Russie: Un blogueur condamné à de la prison avec sursis pour avoir chassé les Pokémon dans une église

JUSTICE Le jeune homme de 22 ans a été reconnu coupable d'«incitation à la haine et d’insulte à l’égard des sentiments religieux des croyants»...

20 Minutes avec agences

— 

Un tribunal d'Ekaterinbourg (Russie) a condamné le 11 mai 2017 à trois ans et demi de prison avec sursis un blogueur russe qui avait chassé des Pokémons dans une église.
Un tribunal d'Ekaterinbourg (Russie) a condamné le 11 mai 2017 à trois ans et demi de prison avec sursis un blogueur russe qui avait chassé des Pokémons dans une église. — Capture d'écran / YouTube

« Il ne s’agit pas de piété ou d’un effort sincère pour protéger la liberté de la religion en Russie (…). Il s’agit d’une nouvelle attaque lancée contre la liberté d’expression », a dénoncé l’ONG Amnesty International.

Rouslan Sokolovski, un blogueur russe qui avait chassé l’an dernier des Pokémon dans une église russe, a été condamné ce jeudi à trois ans et demi de prison avec sursis par un tribunal d’Ekaterinbourg, dans l’Oural.

Jésus comparé à un zombie

Le jeune homme de 22 ans a été reconnu coupable d'« incitation à la haine et d’insulte à l’égard des sentiments religieux des croyants ». Dans une vidéo devenue virale, il s’était notamment filmé attrapant plusieurs créatures virtuelles, y compris durant un office, avec en guise de bande-son une musique reprenant une fausse prière ponctuée de jurons.

Dans d’autres vidéos diffusées sur son compte YouTube, il comparait également Jésus Christ à un zombie et affirmait que Dieu n’existait pas. Des déclarations « irrespectueuses de la société » et des actes « extrémistes », a estimé la juge Ekaterina Choponiak au cours de l’énoncé du jugement.

>> A lire aussi : Les Pussy Riot, des féministes adeptes de l'art contestataire contre Poutine

Une mise à l’épreuve de trois ans

La condamnation de Rousian Sokolovski sera assortie d’une mise à l’épreuve de trois ans, durant lesquels il n’aura pas le droit de changer d’emploi ou de résidence sans autorisation spéciale ou encore de prendre part à des manifestations.

Le jeune homme, qui avait plaidé non coupable, a de son côté estimé que la décision judiciaire était synonyme de « quasi-acquittement ». Accueilli par une foule de ses partisans à sa sortie du tribunal, il a néanmoins promis de se montrer désormais « très calme et tranquille » pour respecter les conditions du sursis.