Deux morts et plusieurs blessés dans des manifestations au Kenya

NAIROBI La police a tiré sur des partisans de l'opposition...

Avec agence

— 

La police a tiré mercredi à Nairobi sur des partisans de l'opposition, blessant trois d'entre eux, tandis que les forces de l'ordre tentaient de contenir plusieurs manifestations dans la capitale et en province.
La police a tiré mercredi à Nairobi sur des partisans de l'opposition, blessant trois d'entre eux, tandis que les forces de l'ordre tentaient de contenir plusieurs manifestations dans la capitale et en province. — Walter Astrada AFP/Archives

Les violences se poursuivent au Kenya, trois semaines après la réelection de Mwai Kibaki. Deux personnes ont été tuées par balle et plusieurs blessées par la police ce mercredi à Kisumu, dans l'ouest du Kenya, lors d'une manifestation de l'opposition, a-t-on appris auprès de la police.


La police a également blessé trois manifestants à Nairobi, tandis que les forces de l'ordre tentaient de contenir plusieurs manifestations dans la capitale et en province.

Appel à manifester inégalement suivi

Le chef de l'opposition, Raila Odinga, a maintenu son appel aux manifestations qu'il a annoncées pour mercredi, jeudi et vendredi, et qui ont été interdites par la police.

«Rien ne nous empêchera d'organiser de telles manifestations. Nous poursuivrons jusque dans la ville», a déclaré le candidat malheureux à la présidentielle, lors d'une conférence de presse à Nairobi.

A la mi-journée, cet appel était inégalement suivi dans le pays, quelques rassemblements étant signalés notamment dans l'ouest, fief de l'opposition. Ainsi à Eldoret, un millier de manifestants étaient rassemblés au centre-ville, alors que des milliers d'autres convergeaient vers l'agglomération.

Victoire de l'opposition à l'Assemblée nationale

A Nairobi, commerces et transports en commun fonctionnaient normalement à la mi-journée. Dans le bidonville de Kibera, où les trois opposants ont été blessés par la police, une cinquantaine d'autres brandissaient des tissus en flammes. On était bien loin, cependant, des centaines de partisans de l'opposition qui avaient tenté le 3 janvier de gagner le centre-ville lors d'un précédent appel à manifester, frappé d'interdiction lui aussi.

Ces manifestations interviennent au lendemain de la victoire hautement symbolique du Mouvement démocratique orange (ODM) de Raila Odinga qui a emporté le siège prestigieux de président de l'Assemblée nationale.

L'élection de Kenneth Marende au perchoir, d'une courte avance de quatre voix sur le candidat du camp présidentiel, avait été saluée par des clameurs dans les villes d'Eldoret et de Kisumu.

Appe des Etats-Unis à la réunion

Les Etats-Unis ont «applaudi» mardi soir cette élection, estimant qu'elle «montre aux deux parties qu'elles peuvent et doivent se réunir».

De son côté, le gouvernement kényan a assuré ce mercredi que les médiateurs africains étaient les bienvenus, bien loin de ses précédentes prises de position, quand il estimait que la crise kényane ne nécessitait pas de médiation internationale.