Al-Qaida a bien rodé ses méthodes sur Internet

A. L. G. - ©2008 20 minutes

— 

Al-Qaida a toujours porté une grande attention aux moyens que lui offrait Internet. Pour la nébuleuse terroriste, qui a créé trois branches chargées de produire du contenu sur Internet - Al-Sahab pour le Pakistan et l'Afghanistan, Al-Fuqran en Iraq et Al-Fajr au Maghreb -, « c'est sans doute le moyen le plus sécurisé d'échanger et de diffuser de l'information », confirme Louis Caprioli, ancien responsable de la DST. A partir de ces sites, Al-Qaida met en ligne communiqués et autres vidéos en arabe souvent sous-titrés en anglais avec une parfaite technicité, comme le souligne Mathieu Guidère, spécialiste du mouvement.

Les terroristes ont acquis de l'expérience. C'est en 2003, lors de l'invasion américaine en Irak, qu'ils ont lancé le « Djihad médiatique », avec deux objectifs, selon Jean-Pierre Filiu, auteur des Frontières du Djihad (éd. Fayard), « la terreur chez l'ennemi infidèle et la mobilisation des masses musulmanes ». Le Web pullule de sites plus ou moins proches de « la base », où viennent surfer des « terroristes d'en bas », qui, depuis leurs écrans, veulent se former, là où leurs prédécesseurs partaient s'entraîner en Afghanistan. Mais d'après Mathieu Guidère, il est désormais beaucoup plus compliqué de pénétrer le mouvement via Internet, Al-Qaida se montrant plus exigeant dans son recrutement.