VIDEO. Etats-Unis: Le patron du FBI, qui a appris son limogeage à la télé, pensait que c'était un canular

ETATS-UNIS Pour beaucoup d’élus américains, la décision de Donald Trump est une tentative d'« étouffer » l’enquête sur les soupçons d’ingérence russe dans la présidentielle américaine…

M.C.

— 

Les images de la télévision américaine KABC-TV montrent James Comey, directeur du FBI, monter dans un avion à l'aéroport de Los Angeles, le 9 mai 2017.
Les images de la télévision américaine KABC-TV montrent James Comey, directeur du FBI, monter dans un avion à l'aéroport de Los Angeles, le 9 mai 2017. — AP/SIPA

La nouvelle a pris tout le monde de court, y compris… le principal intéressé. Le directeur du FBI James Comey, limogé mardi par Donald Trump, aurait appris l’information à la télévision, alors qu’il était en train de s’exprimer devant des employés de l’agence fédérale à Los Angeles.

« Pendant que [James] Comey parlait, des écrans de télévision dans le fond ont commencé à annoncer la nouvelle », rapporte le New York Times. Le directeur du FBI n’y aurait d’ailleurs pas cru. James Comey « a rigolé, disant que c’était sans doute un canular assez drôle », continue le journal. Jusqu’à ce que son équipe l’invite à passer dans une pièce adjacente. Il devait participer le soir même à un événement de recrutement du FBI à Hollywood.

Tempête de critiques

La lettre signée de Donald Trump aurait bien été portée au siège du Bureau à Washington par un responsable de la Maison Blanche, précisent plusieurs médias américains, mais James Comey, le deuxième directeur seulement à être remercié dans l’histoire de la police fédérale américaine, n’était pas là pour la recevoir.

>> A lire aussi : Ce qu'il faut savoir sur le limogeage par Donald Trump du directeur du FBI

L’annonce du limogeage du responsable, officiellement pour sa gestion de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton, a provoqué une tempête de critiques, aussi bien chez les démocrates que côté républicains. Le FBI est notamment chargé de l’enquête sur les liens éventuels entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie, accusée d’avoir interféré dans la présidentielle américaine.