Etats-Unis: Les ordinateurs bientôt interdits en cabine sur les vols en provenance d'Europe?

VOYAGE Pas encore « formellement » décidée, l’interdiction pourrait être mise en place rapidement…

M.C. avec AFP

— 

Un homme utilise son ordinateur en avion (illustration).
Un homme utilise son ordinateur en avion (illustration). — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Les passagers qui voyagent vers les Etats-Unis en provenance d’Europe pourraient bientôt être priés de laisser leur ordinateur dans la soute. Les autorités américaines envisagent en effet d’étendre, « à l’approche des vacances estivales », cette mesure déjà en vigueur sur les vols arrivant de plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique.

>> A lire aussi : Pourquoi interdire les ordinateurs et tablettes (et pas les portables) en cabine?

Le porte-parole du ministère américain de la Sécurité intérieure, qui a annoncé la nouvelle à la presse, a précisé que les compagnies aériennes opérant des liaisons entre l’Europe et les Etats-Unis avaient été prévenues qu’une telle mesure était susceptible d’être mise en place. Mais le ministre John Kelly « n’a pas pris de décision formelle », a-t-il relevé.

Huit pays du Moyen-Orient et d’Afrique déjà touchés

En mars, Washington a interdit aux passagers voyageant à bord de vols directs vers les Etats-Unis au départ de dix aéroports situés dans huit pays de transporter en cabine des ordinateurs portables, des tablettes et autres appareils électroniques plus grands qu’un téléphone portable.

Les pays concernés sont la Turquie, l’Egypte, le Koweït, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Maroc, le Qatar et la Jordanie. Le Royaume-Uni a immédiatement emboîté le pas des Etats-Unis pour les vols provenant de six pays : Turquie, Liban, Jordanie, Egypte, Tunisie et Arabie saoudite.

Peur des bombes dissimulées dans les ordinateurs

Cette décision, qui oblige les passagers à transporter ces appareils électroniques dans leur bagage en soute, est intervenue après que plusieurs responsables de la lutte antiterroriste ont évoqué des projets de groupes djihadistes de confectionner des bombes ayant l’apparence de batteries d’appareils électroniques.

Le 2 février 2016, une bombe a explosé à bord d’un Airbus A321 de la compagnie somalienne Daallo Airlines et a provoqué un trou d’un mètre de diamètre dans le fuselage : elle aurait été fabriquée et insérée dans un ordinateur portable transporté dans la cabine passagers.