Philippines: Des prisonniers découverts dans une «cellule secrète»

FAITS DIVERS Les prisonniers ont raconté qu’ils étaient détenus depuis environ une semaine, après avoir été arrêtés pour usage ou trafic de drogue supposés…

20 Minutes avec agences

— 

Une dizaine de personnes ont été découvertes le 27 avril 2017 dans un minuscule réduit dissimulé derrière un meuble de bibliothèque dans un commissariat de Manille, aux Philippines.
Une dizaine de personnes ont été découvertes le 27 avril 2017 dans un minuscule réduit dissimulé derrière un meuble de bibliothèque dans un commissariat de Manille, aux Philippines. — Ezra Acayan/AP/SIPA

Cette découverte alimente de nouveau les craintes d’abus dans la guerre antidrogue meurtrière menée par le président philippin Rodrigo Duterte.

Alors qu’ils menaient une visite surprise ce jeudi dans commissariat situé au cœur des bidonvilles de Manille, des membres de la Commission gouvernementale des droits de l’homme, accompagnés de journalistes, ont découvert une dizaine de personnes dans un minuscule réduit, dissimulé derrière un meuble de bibliothèque.

Le commandant de police suspendu de ses fonctions

C’est après avoir entendu des cris que les visiteurs ont retrouvé une porte cachée ouvrant sur la petite pièce. Les prisonniers se sont alors précipités au dehors, parfois en larmes et réclamant de l’eau, et ont raconté qu’ils étaient détenus depuis environ une semaine, après avoir été arrêtés pour usage ou trafic de drogue supposés.

Selon eux, les policiers auraient exigé de fortes rançons pour les libérer. Le commissaire Robert Domingo, commandant du poste de police, a été suspendu de ses fonctions le temps qu’une enquête soit menée, a déclaré le chef de la police de Manille, Oscar Albayalde.

>> A lire aussi : Philippines: Existence des escadrons de la mort et retour de la peine capitale

« Ce problème ne se limite pas à un seul poste de police »

Le mis en cause a de son côté raconté aux journalistes présents que les détenus n’avaient été interpellés que la veille au soir et que les policiers s’apprêtaient à les inculper. Pour l’ONG Human Rights Watch, il s’agit là d’un nouveau témoignage des abus des droits de l’homme généralisés commis durant la campagne de répression contre la drogue.

« La découverte de cette prison secrète n’est que le dernier signe de la manière dont la police exploite à des fins personnelles la campagne antidrogue abusive de Duterte », estime l’ONG.

>> A lire aussi : VIDEO. Philippines: Le président veut exécuter «cinq à six» criminels par jour

Même son de cloche du côté du chef de la police de Manille. « Nous devons reconnaître que ce problème ne se limite pas à un seul poste de police mais est présent dans quasiment tous les postes de la région », a affirmé Oscar Albayalde.