Salvador: L’exploitation minière des métaux interdite, une première mondiale

LOI « Aucune institution, norme, acte administratif ou résolution ne pourra autoriser la prospection, l’exploration, l’extraction ou le traitement de produits miniers métalliques au Salvador », précise la loi…

20 Minutes avec agences

— 

Le Salvador est devenu officiellement, en avril 2017, le premier pays à interdire les mines de métaux sur son territoire.
Le Salvador est devenu officiellement, en avril 2017, le premier pays à interdire les mines de métaux sur son territoire. — Oscar Rivera/SIPA

Il s’agit d’une première mondiale. Le Salvador a décidé d’interdire l’exploitation de gisements miniers sur son territoire, estimant qu’il s’agit d’une activité nuisible pour l’environnement et la santé publique.

« Aucune institution, norme, acte administratif ou résolution ne pourra autoriser la prospection, l’exploration, l’extraction ou le traitement de produits miniers métalliques au Salvador » précise la loi, promulguée ce jeudi après avoir été votée le 29 mars par l’ensemble des partis au Parlement.

>> A lire aussi : Alaska: Un gisement de 1,2 milliard de barils de pétrole découvert

Une procédure de sept années

Le texte signé par le président du Salvador Sanchez Ceren précise qu'« aucun permis ou licence ni contrat ou concession » ne pourra non plus être délivré, qu’il s’agisse de mines de métaux à ciel ouvert ou souterraines. Il interdit également l’usage de produits chimiques toxiques comme le cyanure ou le mercure.

Cette loi fait suite à un arbitrage international remporté en octobre 2016 par le Salvador face au géant minier australo-canadien OceanaGold. La procédure aura duré sept ans. Le petit pays d’Amérique centrale devient un pionnier dans la lutte contre l’activité minière et ses effets néfastes sur l’environnement et la population.

Un exemple à suivre pour les pays voisins

Les organisations écologiques ont salué ce texte novateur. « C’est une loi innovante mais surtout nécessaire face à une industrie qui n’apporte aucun bénéfice aux communautés mais plutôt une grave pollution aux sources d’eau, à l’environnement », a expliqué le président de l’Unité écologique salvadorienne (UNES), Mauricio Sermeño.

Le Salvador devient l’exemple à suivre pour les pays voisins où existent des projets d’extraction de métaux précieux afin d’interdire « cette industrie de la mort », a ajouté le responsable écologiste.

L’activité minière, une « très faible » contribution

Au Guatemala, les communautés rurales se battent contre les projets des groupes canadien Goldcorp et américains Tahoe Resources et KCA (Kappes, Cassiday & Associates). Le Nicaragua a rejeté des projets du Canadien B2Gold.

Selon une étude récente menée par plusieurs ONG, les pays d’Amérique centrale, parmi les plus pauvres du continent américain, ne tirent qu’une « très faible » contribution en termes de PIB et d’emplois de l’activité minière sur leur territoire.

>> A lire aussi : L'énigme de la formation des gisements d'or a trouvé sa réponse à Toulouse