Attentat en Suède: Le bilan monte à cinq morts

DÉCÈS Le terroriste avait voulu rejoindre l’organisation Etat islamique en 2015…

Manon Aublanc avec AFP

— 

Les Suédois se sont réunis en masse, le 9 avril 2017, pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Stockholm.
Les Suédois se sont réunis en masse, le 9 avril 2017, pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Stockholm. — Jonathan NACKSTRAND / AFP

La police suédoise a revu ce vendredi à cinq morts le bilan de l’attentat de Stockholm au camion bélier, après le décès d’une sexagénaire percutée début avril sur une artère piétonne de la capitale.

« Une femme d’une soixantaine d’années qui était hospitalisée dans le sud de la Suède pour des blessures occasionnées lors de l’attentat terroriste à Drottninggatan est morte dans la matinée du 28 avril », a indiqué la police dans un communiqué.

>> A lire aussi : VIDEO. Après l'attentat au camion fou de Stockholm, les Suédois offrent des fleurs aux policiers

Trois Suédoises, un Britannique et une Belge

Le 7 avril vers 15 heures, heure locale, un homme au volant d’un camion de livraison lancé à près de 100 km/h sur Drottninggatan, une voie piétonnière et commerçante parmi les plus fréquentées de la capitale suédoise, a fauché une vingtaine de personnes. Trois Suédoises dont une jeune fille de 11 ans, un Britannique et une Belge ont péri dans l’attentat, selon ce nouveau bilan.

Un ressortissant ouzbèke de 39 ans, Rakhmat Akilov, en situation irrégulière sur le territoire suédois, a été arrêté quelques heures après l’attaque dans l’agglomération de Stockholm. Il a revendiqué devant un juge avoir commis « un acte terroriste », et selon la police l’homme ne cachait pas ses « sympathies djihadistes » sur les réseaux sociaux. La police ouzbèke, citée par des agences de presse russes, l’accuse d’avoir tenté de rejoindre l’organisation État islamique en Syrie via la Turquie en 2015. Les investigations devraient prendre des mois, selon les enquêteurs, qui cherchent à établir d’éventuelles complicités ainsi que le ou les mobiles du tueur présumé.