Népal: Perdu en montagne, un randonneur taïwanais retrouvé vivant après un calvaire de 47 jours

FAITS DIVERS Sa petite amie de 18 ans est décédée trois jours avant que les secouristes n’interviennent…

20 Minutes avec agences

— 

Liang Sheng-yueh, un Taïwanais de 20 ans, a été retrouvé vivant le 26 avril 2017 dans le massif du Ganesh Himal (Népal), après 47 jours de perdition.
Liang Sheng-yueh, un Taïwanais de 20 ans, a été retrouvé vivant le 26 avril 2017 dans le massif du Ganesh Himal (Népal), après 47 jours de perdition. — Niranjan Shrestha/AP/SIPA

Il a passé 47 jours en montagne. Liang Sheng-yueh, un Taïwanais de 20 ans, a été retrouvé vivant ce mercredi dans le massif du Ganesh Himal (Népal), en état de malnutrition aiguë. Le jeune homme se trouvait ce jeudi en convalescence à l’hôpital de Katmandou.

Il s’était perdu début mars avec sa petite amie de 18 ans lors d’une randonnée dans ce massif reculé. Le couple avait alors décidé de suivre un cours d’eau dans l’espoir de tomber sur un village mais s’était retrouvé piégé et dans l’impossibilité de rebrousser chemin. « D’un côté, ils avaient un vide de 100 mètres et de l’autre une pente raide. Ils étaient bloqués », a raconté Madhav Basnet, un membre de l’équipe de sauveteurs.

Sa petite amie de 18 ans décédée

Survivant en mangeant des pommes de terre et des nouilles, ils ont cependant fini par épuiser leur stock de provisions, ne disposant alors plus que d’eau et de sel. La jeune femme est d’ailleurs décédée trois jours avant que les secouristes ne découvrent le couple dans un repli de terrain surplombant une chute d’eau.

L’alerte avait été donnée le 10 mars par les familles des disparus. Le père du jeune homme s’était même rendu au Népal et avait affrété un hélicoptère pour participer aux recherches. Liang Sheng-yueh, qui a perdu 30 kilos dans son calvaire, a confié que la température était « très froide » à 3.000 mètres d’altitude et qu’il avait eu du mal à dormir. Pour ne rien arranger, la neige tombait abondamment.

>> A lire aussi : Himalaya: Le corps d'un célèbre alpiniste et de son cameraman retrouvés 16 ans après

Cette affaire relance le débat sur la sécurité en montagne, des organisations demandant que les services d’un guide soient obligatoires à partir d’une certaine altitude. Le couple n’y avait pas eu recours comme le font un tiers de la centaine de milliers de touristes qui se rendent au Népal pour randonner en montagne, selon l’association des agences de trekking du Népal.