Selon Chavez, les Farc ne doivent plus être considérées comme un groupe terroriste

COLOMBIE Au lendemain de la libération des deux otages...

Avec agence

— 

La libération des deux femmes avait été annoncée à Caracas par le président vénézuélien Hugo Chavez. Le chef d'Etat avait annoncé mercredi une nouvelle tentative de libérer les deux femmes, après l'échec d'une première opération fin décembre.
La libération des deux femmes avait été annoncée à Caracas par le président vénézuélien Hugo Chavez. Le chef d'Etat avait annoncé mercredi une nouvelle tentative de libérer les deux femmes, après l'échec d'une première opération fin décembre. — ho AFP

Porté par le succès de l'opération de libération des deux otages Clara Rojas et Consuelo Gonzales, Hugo Chavez se fait le porte-voix des Farc. Le président vénézuélien a demandé ce vendredi aux pays d'Amérique latine et d'Europe que leur organisation de guérilla ainsi que celle de l'ELN (l'Armée de libération nationale) de Colombie soient retirées de la liste des groupes terroristes et dorénavant considérées comme des forces combattantes.

«Cette liste n'a qu'une raison d'être, la pression des Etats-Unis», a déclaré Hugo Chavez devant l'Assemblée nationale. Présentant son rapport sur l'année 2007, Hugo Chavez a estimé qu'«il faut leur accorder une reconnaissance, ce sont des forces insurgées qui ont un projet politique (...) qui ici est respecté».