Inde: Un diplomate français accusé de viol sur sa fille, acquitté

JUSTICE L’affaire avait fait grand bruit en Inde, la partie civile et des médias ayant à plusieurs reprises accusé la France de protéger son ressortissant…

20 Minutes avec AFP

— 

Pascal Mazurier, au centre, portant une pancarte
Pascal Mazurier, au centre, portant une pancarte — MANJUNATH KIRAN / AFP

Il s’est dit être victime d’une manipulation sur fond de séparation difficile d'avec son épouse. Un diplomate français jugé en Inde pour des accusations de viol sur sa fille a été acquitté mercredi par la justice indienne, ont rapporté à l’AFP plusieurs sources proches du dossier.

« Nous confirmons que (Pascal Mazurier) a été acquitté en première instance par le tribunal de Bangalore », dans le sud du pays, a déclaré une source diplomatique à l’ambassade de France à New Delhi.

Numéro trois du consulat français de Bangalore, Pascal Mazurier avait été arrêté en juin 2012 après que son épouse d’origine indienne, Suja Jones, l’eut accusé d’avoir violé leur fille de trois ans.

Un « énorme soulagement »

Le prévenu avait toujours nié ces accusations et plaidé non coupable. Cet acquittement, après presque cinq ans de procédure, est « un soulagement énorme car ce type d’accusation équivaut à une condamnation à mort, au moins sur le plan social », a confirmé à l’AFP M. Mazurier, joint au téléphone depuis New Delhi.

>> A lire aussi : Ils sont soupçonnés d'avoir violé deux adolescentes toute une nuit, trois hommes écroués à Toulouse

Depuis son arrestation, l’agent consulaire est interdit de sortie du territoire et suspendu de ses fonctions.

Interrogée par la télévision indienne CNN-News 18, Suja Jones a elle qualifié ce jugement de « déni de justice pour (s)a fille » et indiqué son intention de faire appel de la décision.

« C’est la fin d’un cauchemar »

L’affaire avait fait grand bruit en Inde, la partie civile et des médias ayant à plusieurs reprises accusé la France de protéger son ressortissant.

Le procès de Pascal Mazurier durait depuis 2014, dans ce pays connu pour la lenteur de son système judiciaire.

>> A lire aussi : Roman Polanski risque toujours d'être arrêté en cas de retour aux Etats-Unis

« C’est la fin d’un cauchemar, c’est la victoire de la vérité sur la calomnie », ont estimé ses avocats Clémence Witt et Pierre-Olivier Sur.

Étant donné l’encombrement des tribunaux indiens, un appel prolongerait cependant la procédure de plusieurs mois ou années.