Canada: Ouverture du procès de deux polygames mormons

JUSTICE Cela fait vingt ans que la justice canadienne planche sur cette problématique...

L.Br.

— 

Avec ses 24 femmes, Winston Blackmore pourrait être jugé pour polygamie.
Avec ses 24 femmes, Winston Blackmore pourrait être jugé pour polygamie. — Jeff McIntosh/AP/SIPA

Le procès en polygamie de deux Canadiens polygames, membres d’une secte radicale, s’est ouvert mardi à Cranbrook en Colombie-Britannique.

Winston Blackmore, 24 épouses et 146 enfants et James Marion Oler, 4 épouses, ont plaidé non coupables à l’ouverture d’un procès prévu sur deux semaines, 127 ans après l’interdiction de la polygamie au Canada.

Les deux hommes dirigent des branches dissidentes de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, autre nom de l’Église mormone et dont le siège est à Salt Lake City (Utah). Ils sont habitués des prétoires : en février dernier, ils comparaissaient pour négligence après qu’une des jeunes filles de leur secte, âgée de 13 ans, a passé la nuit avec l’un des prophètes de l’Eglise, rappelle Radio canada.

>> A lire aussi : Après le mariage royal, la fin annoncée de la polygamie au Bhoutan

Liberté de religion

Lors de ce procès, la juge Sheri Ann Donegan se penchera sur les lois canadiennes sur la polygamie. Elle devra trancher sur la façon dont la liberté de religion garantie par la Charte des droits et libertés s’applique à la polygamie.

La secte est installée depuis près de 60 ans dans le village de Bountiful, à 700 km à l’est de Vancouver et à 20 km au nord de la frontière avec les Etats-Unis. Au cours des deux dernières décennies, trois procureurs ont été en charge de cette affaire sans poursuivre les deux hommes au motif que la loi interdisant la polygamie enfreignait le droit constitutionnel des Canadiens à la liberté de religion.

La Cour suprême de la Colombie-Britannique avait finalement statué que cette interdiction de la polygamie était constitutionnelle.