Etats-Unis: Delta Air Lines offre jusqu'à 10.000 dollars à un passager pour qu'il cède sa place en cas de surbooking

TRANSPORTS La compagnie aérienne américaine veut éviter un scandale comme celui qui a touché sa concurrente United Airlines...

20 minutes avec agences
Un avion de la compagnie Delta Airlines sur le tarmac de l'aéroport de Seattle (Etats-Unis), le 7 juin 2010.
Un avion de la compagnie Delta Airlines sur le tarmac de l'aéroport de Seattle (Etats-Unis), le 7 juin 2010. — Ted S. Warren/AP/SIPA

La compagnie aérienne américaine Delta Air Lines a annoncé, ce lundi, qu’elle proposerait jusqu’à 10.000 dollars aux passagers volontaires pour céder leur place en cas de surréservation (ou « surbooking »).

Les agents présents aux portes d’embarquement pourront désormais offrir jusqu’à 2.000 dollars en cas de « surbooking », contre 800 dollars auparavant. Les passagers pourraient même recevoir 9.950 dollars des superviseurs, contre 1.350 dollars auparavant.

Boycott, mauvaise publicité et chute en Bourse

Cette offre surprenante intervient alors que sa concurrente United Airlines a suscité l’indignation dans le monde entier le 9 avril dernier. Ce jour-là, un passager pourtant muni d’un billet était violemment expulsé pour faire place à un membre de l’équipage de la compagnie. Le traitement infligé à cet homme d’origine vietnamienne vivant depuis plusieurs années aux Etats-Unis avait valu à United Airlines des appels au boycott, une mauvaise publicité et une chute en Bourse.


United Airlines change sa politique vis-à-vis des membres d’équipage

En gonflant ses enveloppes, Delta Air Lines semble donc vouloir se prémunir d’un « scandale United Airlines », qui a attiré l’attention sur la pratique commerciale du « surbooking », qui permet de vendre plus de places que n’en contient un avion ceci afin de combler les éventuelles annulations et retards.

Quand il y a plus de passagers que de places disponibles, les compagnies doivent convaincre des volontaires de quitter l’avion. Elles peuvent aussi contraindre les passagers à évacuer l’appareil, contre un dédommagement.

United Airlines devrait d’ailleurs publier les conclusions de son audit interne ce 30 avril et a cependant déjà annoncé son intention de changer sa politique vis-à-vis des membres d’équipage. Ils devront désormais s’enregistrer 60 minutes avant le décollage.