Les touristes fuient Naples et ses déchets

avec AFP

— 

Un aventurier écologiste britannique qui est allé jusqu'à Tombouctou dans un camion fonctionnant au chocolat, a annoncé mardi qu'il voulait voler jusqu'en Chine au moyen d'un paramoteur utilisant un carburant à base d'ordures.
Un aventurier écologiste britannique qui est allé jusqu'à Tombouctou dans un camion fonctionnant au chocolat, a annoncé mardi qu'il voulait voler jusqu'en Chine au moyen d'un paramoteur utilisant un carburant à base d'ordures. — Francesco Pischetola AFP

«Ah, c'est ça l'Italie?», demande, l'air mécontent, un touriste espagnol qui photographie un tas d'immondices au coin de via Toledo, la principale rue commerçante de Naples, envahie par 5.000 tonnes de déchets en raison d'une grave crise dans le ramassage des ordures.

«C'est très choquant, mais surtout cela doit être très dangereux pour la santé», s'exclame Anna, 30 ans, une Péruvienne venue passer une dizaine de jours dans la ville avec son fils de 4 ans. «Mais cela ne gâche pas la beauté de la ville, et les alentours des monuments sont dégagés», affirme-t-elle, montrant du doigt le célèbre Castel Nuovo, un château médiéval.

Pour Antonio Lettera, directeur du Star Hotels Terminus, place Garibaldi, «cette nouvelle crise a entraîné une baisse très nette du nombre de touristes». Encore plus alarmiste, le président de la chambre de commerce de la région de la Campanie parle d'une «année noire » pour le tourisme à Naples et de pertes pouvant aller jusqu'à «plusieurs dizaines de millions d'euros». «Cette énième crise des déchets a ruiné l'image de la ville», regrette-t-il. Naples et sa périphérie sont régulièrement envahies par les ordures depuis 1994, en raison, notamment, du nombre insuffisant de centres de retraitement.