ONU : Ségolène Royal ne prendra pas la tête du Programme des Nations Unies pour le développement

NOMINATION Le poste semblait pourtant promis à une femme…

Laure Gamaury

— 

Ségolène Royal, le 26 janvier 2017.
Ségolène Royal, le 26 janvier 2017. — Witt/SIPA

Une déconvenue, pas un échec. Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie et de l’Environnement pour encore un petit mois, a reconnu mercredi sur France 5, qu’elle ne sera pas la prochaine directrice du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), la plus grande agence de l’ONU, basée à New York.

« Je le regrette bien sûr, ça ne correspond pas à ce qui avait été dit mais ça c’est la vie », a affirmé Ségolène Royal, après avoir reconnu qu’un jury s’orientait vers la nomination de l’Allemand Achim Steiner.

>> A lire aussi : Ségolène Royal: La diplomatie française chercherait-elle à recaser la ministre à l'ONU?

« J’ai d’autres pistes, d’autres perspectives »

Elle a aussi jugé « un peu étonnant » que ce soit un homme qui obtienne le poste alors que, selon elle, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres lui avait dit qu’il était « promis à une femme ». « C’est pour cela que j’avais posé ma candidature », a-t-elle justifié. « Il semble qu’un homme a été poussé par son pays étant donné que l’Allemagne est un des plus gros contributeurs du Pnud », a-t-elle encore affirmé.

Le Pnud, présent dans 170 pays, est dirigé depuis 2009 par l’ex-Première ministre néo-zélandaise Helen Clark, dont le 2e mandat se termine mi-avril. Le directeur de l’agence est désigné, pour quatre ans, par le secrétaire général des Nations unies, nomination qui doit ensuite être confirmée par l’Assemblée générale de l’ONU.

« De toute façon, je trouverai l’opportunité de mettre au service du combat climatique et des enjeux internationaux ma force de conviction », a-t-elle assuré. « J’ai d’autres pistes, d’autres perspectives », a-t-elle encore indiqué.