Corée du Nord: La Chine plaide pour une solution pacifique auprès de Trump

DIPLOMATIE Le président américain a agité mardi de nouvelles menaces envers le régime de Kim Jong-Un, qui se dit prêt à la « guerre »…

M.C. avec AFP

— 

Donald Trump et Xi Jinping en Floride, le 7 avril 2017.
Donald Trump et Xi Jinping en Floride, le 7 avril 2017. — Alex Brandon/AP/SIPA

Alors que la tension monte chaque jour d’un nouveau cran entre Pyongyang et Washington, Pékin joue les médiateurs. Lors d’un entretien téléphonique avec Donald Trump, le président chinois Xi Jinping a plaidé ce mercredi pour une solution pacifique à la crise autour du programme nucléaire nord-coréen, rapporte la télévision nationale chinoise.

>> A lire aussi : Pyongyang se dit prêt «à la guerre» contre l'armée américaine

Lors de cet entretien, « Xi Jinping a souligné que la Chine (…) plaide pour apporter une solution au problème par la voie pacifique », a indiqué la chaîne CCTV sur son site internet, alors que le président Trump s’est dit prêt mardi à « résoudre le problème » nord-coréen sans la Chine.

Trump lie les négociations commerciales à la question nord-coréenne

Le président chinois, qui a été reçu la semaine dernière par son homologue dans sa résidence de Floride pour le premier sommet sino-américain de l’ère Trump, a insisté par téléphone sur « le maintien de la paix et de la stabilité » dans la péninsule coréenne. Il s’est dit prêt à « maintenir la communication et la coordination » avec les Etats-Unis dans ce dossier, selon CCTV.

L’appel intervient après un tweet de Donald Trump qui avait semblé lier les négociations commerciales entre les deux premières puissances économiques mondiales à la question nord-coréenne : « J’ai expliqué au président chinois qu’un accord commercial avec les Etats-Unis serait bien meilleur (pour les Chinois) s’ils résolvent le problème nord-coréen ! »

A propos de la Syrie enfin, Xi Jinping a également plaidé pour « une solution politique » auprès de son homologue américain, tout en jugeant « inacceptable » le recours aux armes chimiques. « Il est très important que le Conseil de sécurité de l’ONU maintienne sa solidarité » sur le dossier syrien, a-t-il dit.