Quand Londres prévoyait de détruire le tunnel sous la Manche avec une bombe nucléaire, sans prévenir la France

INSOLITE Quelques jours après le déclenchement du Brexit, un média anglais révèle que ce n’est visiblement pas la première fois que le pays veut se couper de l’Europe…

Manon Aublanc

— 

Le nuage nucléaire de la bombe atomique lachée sur Nagasaki en août 1945, prise de l'aile d'un avion de l'US Air Force.
Le nuage nucléaire de la bombe atomique lachée sur Nagasaki en août 1945, prise de l'aile d'un avion de l'US Air Force. — REUTERS

Le média anglais The Independant révèle une histoire que certains auraient du mal à croire. Selon des documents des Archives nationales britanniques récemment déclassifiées, des responsables britanniques avaient pensé à placer une bombe nucléaire à l’intérieur du tunnel sous la Manche, si le risque d’une possible invasion depuis la France était avéré.

>> A lire aussi : 70 ans après, le Japon paie encore le prix de Hiroshima et Nagasaki

Dès les premiers projets de conception du tunnel, les Anglais ont craint pour leur défense, l’insularité de leur pays étant leur meilleure arme contre les envahissements. Dans les documents déclassifiés, on peut y lire qu’à l’époque, Londres craignait que les « barbares aux portes de Calais » envahissent le pays, qui fait référence à une possible invasion de l’armée soviétique.

Une solution « cent pour cent efficace »

L’idée d’une bombe nucléaire placée dans le tunnel sous la Manche émerge alors. En effet, les ingénieurs qui ont fabriqué le tunnel avaient affirmé que des explosifs lambdas  ne suffiraient pas à le faire effondrer. La bombe nucléaire restait une solution « cent pour cent efficace » qui assurerait un « effondrement total, complètement irréversible et une rupture du tunnel ».

>> A lire aussi : Le jour où les Etats-Unis ont frôlé la catastrophe avec la bombe nucléaire

The Independent souligne également que si une bombe nucléaire avait explosé dans le tunnel sous la manche, ce dernier se serait évidemment effondré, mais la bombe aurait également causé des dommages dans la région anglaise du Kent, mais aussi dans le Nord-Pas-de-Calais. Seul hic : Londres n’a visiblement jamais prévu d’en parler à la France.