RDCongo: ouverture d'une conférence sur la paix

DIPLOMATIE Objectif:mettre fin aux conflits dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, frontalières du Rwanda et du Burundi...

© 2008 AFP

— 

Une conférence sur la paix dans les provinces troublées de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) s'est ouverte dimanche à Goma avec les représentants du pouvoir, des groupes armés et de membres de la société civile.
Une conférence sur la paix dans les provinces troublées de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) s'est ouverte dimanche à Goma avec les représentants du pouvoir, des groupes armés et de membres de la société civile. — Francois Ausseill AFP/Archives

Une conférence de paix dans les provinces troublées de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) s'est ouverte dimanche, à Goma, pour neuf jours. Elle réunit les représentants du pouvoir, des groupes armés notamment ceux du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP, mouvement politico-militaire du général déchu Laurent Nkunda), et de membres de la société civile.

La société civile suspend sa parrticipation

Juste après la cérémonie d'ouverture, la société civile a annoncé la suspension de sa participation au motif que la composition des instances dirigeantes de ces assises est «totalement déséquilibrée et montre que les résultats ne seront pas à l'avantage des Congolais».

De son côté, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a mis en garde contre la «balkanisation» du pays et recommandé aux participants «de ne point déroger sur les acquis importants» notamment la Constitution du pays qui «a résolu le problème de la nationalité».

Pour la Cenco, «il serait inacceptable que la conférence de Goma remette en question les institutions (du pays) ou qu'elle devienne un nouveau lieu de partage du pouvoir en marge des mécanismes constitutionnels».

Organisée à l'initiative du président Joseph Kabila, cette conférence vise à mettre fin aux conflits dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, frontalières du Rwanda et du Burundi, et à jeter les bases d'une paix durable et d'un développement intégral dans la région.

Le Nord-Kivu est depuis août 2007 le théâtre de violents affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) - qui y ont déployé près de 25.000 hommes - et des soldats insurgés ralliés au général Nkunda, dont le nombre est estimé à environ 4.000.