Belgique: Des blessés lors d'incidents devant le consulat de Turquie

ECHAUFFOURES De « graves incidents » ont éclaté jeudi après-midi devant le consulat de Turquie à Bruxelles entre partisans et opposants du président turc Recep Tayyip Erdogan...

Louis Mbembe avec AFP

— 

Des échauffourés ont éclaté en face de l'ambassade de Turquie à Bruxelle (Illustration).
Des échauffourés ont éclaté en face de l'ambassade de Turquie à Bruxelle (Illustration). — NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP

Ces incidents ont fait « plusieurs blessés », selon la police locale. « Il y a eu de graves incidents entre partisans et opposants du régime turc, sur la voie publique, à hauteur du consulat de Turquie. Plusieurs personnes ont été blessées. Elles ont été transportées à l’hôpital », a indiqué à l’AFP Ilse van de Keere, une porte-parole de la police de Bruxelles.

>> A lire aussi : En accusant l'Allemagne de «pratiques nazies», Erdogan a «dépassé une limite»

Dans un tweet, le Premier ministre belge Charles Michel a condamné jeudi soir ces incidents. Les gouvernement belge « prône la tolérance zéro pour les débordements en lien avec le référendum turc », a-t-il écrit, avant d’ajouter : « Je condamne fermement les violences devant l’ambassade ».

Ces incidents interviennent alors que les Turcs résidant en Belgique peuvent voter du 27 mars au 9 avril dans les consulats de Bruxelles et d’Anvers (nord) pour un référendum sur une réforme constitutionnelle qui renforcerait les pouvoirs du président Erdogan.

En Turquie, le vote est prévu le 16 avril.

La porte-parole de la police n’a pas voulu donner de précisions sur le nombre de blessés ou leur état, expliquant que la situation était « sensible » et qu’une centaine de personnes se trouvaient toujours devant le bâtiment à 20 heures dans le centre de la capitale. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bruxelles.

Selon Firat, une agence de presse proche des séparatistes kurdes en Turquie, trois personnes d’origine kurde qui venaient voter ont été blessées à coups de couteau lors de ces incidents, provoqués selon cette agence par des partisans de l’AKP, le parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie.

>> A lire aussi. Meeting d'Erdogan à Strasbourg: «Le contexte est compliqué»

La campagne électorale pour ce référendum a créé de graves tensions entre les dirigeants turcs et plusieurs pays européens après que ceux-ci eurent interdits à des ministres turcs de venir faire campagne sur leur territoire.