Royaume-Uni: Paige, 12 ans, est décédée après avoir trop inhalé de déodorant

SANTE Selon les premiers éléments de l'enquête, l'adolescente britannique serait morte asphyxiée...

20 Minutes avec agence

— 

Déodorant (image d'illustration).
Déodorant (image d'illustration). — Martin Lee / Rex Featur/REX/SIPA

Paige Daughtry a été mortellement asphyxiée en inhalant des « substances volatiles » au motif d'utiliser trop fréquemment son déodorant. Si le décès de la jeune fille de 12 ans remonte à l’été dernier, le médecin légiste vient tout juste de lever le voile sur les causes précises de cette mort qui avait fait la une des journaux outre-Manche.

D’après le médecin, cité par The Times, ce sont des gaz, tels que le butane ou l’isobutane, qui seraient à l’origine de la mort de la jeune fille qui avait été retrouvée inconsciente par sa mère.

Paige passait des heures à s’asperger de produit

Le corps de Paige, partie en vacances avec sa famille près de Blackpool (Angleterre), gisait dans une caravane. La fillette était finalement décédée deux heures plus tard après avoir été conduite à l’hôpital près de Liverpool.

Les premiers éléments de l’enquête avaient d’ores et déjà montré que la jeune fille avait inhalé trop de déodorant. Soucieuse de son hygiène, Paige, aux dires de sa mère, « passait des heures à s’asperger de produit ».

Molécules toxiques et « jeu de l’aérosol »

Outre-Manche, les autorités ont rebondi sur l’affaire pour rappeler que nombreux sont les produits cosmétiques qui peuvent contenir des molécules qui peuvent se révéler toxiques, notamment pour les personnes souffrant d’allergie. En France, ces produits sont largement utilisés par les adolescents qui l’utilisent dans la salle de bains mais aussi, parfois, dans le cadre de jeux dangereux.

En 2015, le « jeu de l’aérosol » faisait ainsi fureur en France. Une jeune fille, qui souffrait de diabète et de crises d’épilepsie, était décédée, en février à Hyères (Var), après avoir inhalé du déodorant dans le cadre de ce challenge censé provoquer un vertige euphorisant.

>> A lire aussi : Var: Une adolescente décède en pratiquant le «jeu de l'aérosol»

Cinq bombes aérosol de déodorant, ainsi qu’une serviette mouillée imprégnée de ce produit, avaient été retrouvées dans sa chambre par les enquêteurs. Les analyses toxicologiques avaient révélé des traces de butane dans le sang de la victime.