Etats-Unis: Une pétition demande à Melania Trump d'habiter à la Maison Blanche... ou de régler les frais de sa sécurité

POLEMIQUE Les pétitionnaires estiment que si l'épouse du président n'habite pas à la Maison-blanche, elle doit régler le coût de sécurité à New York, estimé entre 127.000 et 146.000 dollars par jour…

20 Minutes avec agences

— 

La First lady Melania Trump lors de la campagne présidentielle
La First lady Melania Trump lors de la campagne présidentielle — WENN

Près de 250.000 personnes avaient déjà signé ce jeudi une pétition pour demander à Melania Trump de venir habiter auprès de son mari à la Maison Blanche. Il ne s’agit pas d’une ingérence des citoyens au sein du couple Trump pour veiller à leur équilibre, mais plutôt de questions financières.

En cas de refus, les pétitionnaires demandent à la Première dame des États-Unis de payer elle-même les frais jugés élevés de sa sécurité à New York. « Le contribuable paie une somme exorbitante d’argent pour protéger la Première dame dans la Trump Tower située à New York" », font valoir les signataires sur la plateforme Change.org.

Entre 170.000 et 146.000 dollars par jour

Selon eux, au moment où il faut alléger la dette, « cette dépense ne produit aucun résultat positif pour le pays et ne devrait plus être financée ». De son côté, Melania Trump avait fait savoir qu’elle resterait à New York près de son fils Barron jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Sa protection et celle de son fils coûterait entre 127.000 et 146.000 dollars par jour à la police de New York, avait indiqué le chef de cette dernière, James O’Neill, dans un courrier aux élus de la ville daté du 21 février.

>> A lire aussi : Melania Trump pourrait ne pas déménager à la Maison Blanche

Pour l’ensemble de la famille présidentielle, la protection aurait coûté 24 millions de dollars, soit environ 308.000 dollars par jour, entre l’élection de Donald Trump le 8 novembre 2016 et sa prise de fonction le 20 janvier. La pétition sera remise aux sénateurs de l’aile gauche du parti démocrate, Bernie Sanders et Elizabeth Warren.