La pub pour le gras, le sucre et le salé en partie bannie des écrans britanniques

OBESITE Une nouvelle mesure interdit la promotion des boissons et aliments trop riches en graisse, sucre et sel pour les moins de 16 ans...

— 
Si rien n'est fait, la France pourrait d'ici une quinzaine d'années rejoindre les Etats-Unis en matière d'obésité infantile, met en garde l'Afpa.
Si rien n'est fait, la France pourrait d'ici une quinzaine d'années rejoindre les Etats-Unis en matière d'obésité infantile, met en garde l'Afpa. — Tim Boyle AFP/Getty/Archives

Au Royaume-Uni, les publicités pour les boissons et aliments trop riches en graisse, sucre et sel sont interdites dans les émissions de télé pour les moins de 16 ans depuis le 1er janvier 2008. Une mesure pour tenter de lutter l’augmentation de l’obésité: selon une étude commandée par le gouvernement anglais publiée en octobre 2007, la moitié des Britanniques seraient obèses d'ici 25 ans.


L’initiative britannique est plus radicale que ce qui se fait en France. Dans l’hexagone, où 1,5 million d’enfants souffrent d’obésité, seul un message préventif est apposé sous les pubs vantant des produits alimentairement déséquilibrés (1).


Dès 2004, l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) recommandait dans un rapport intitulé "Glucides et santé" que «la publicité, en particulier à la télévision, sur l’alimentation des enfants doit être totalement revue car, à cet âge, on ne peut pas être lucide sur le caractère publicitaire des messages.» 


Même si l’industrie agro-alimentaire fait des efforts en matière d’étiquetage et qu'elle  reconnaît que les pubs «sont en partie responsables de l’obésité», nombreuses sont les instances qui demandent depuis deux ans à ce que les pubs pour bonbecs et sodas chargés en sucres soient éradiquées, comme c'est déjà le cas en Suède et au Canada.


«Le problème aujourd’hui, c’est la cacophonie ambiante des messages et le matraquage publicitaire qui vante les produits trop gras ou trop sucrés avant et après les programmes destinés aux enfants, souligne Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir. D’autres pays l’ont fait, comme la Grande-Bretagne. Il est possible de mettre en place un encadrement obligatoire, c’est une question de volonté politique.»


(1) «Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour», «pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière», «pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé» et «pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas»