Uber: Une nouvelle affaire de sexisme concernant le patron et cinq employés révélée

SEXISME Des filles « numérotées » auraient été présentées à des employés…

Manon Aublanc

— 

Le patron-fondateur d'Uber, Travis Kalanick, le 11 janvier 2016 à Pékin
Le patron-fondateur d'Uber, Travis Kalanick, le 11 janvier 2016 à Pékin — WANG ZHAO AFP

Les scandales s’accumulent. Après l’ouverture d’une enquête au sein d’ Uber pour harcèlement sexuel, la société fait de nouveau face à des accusations de sexisme. Gabi Holzwarth, ex-compagne de Travis Kalanick, le patron fondateur d’Uber, a fait des révélations au sujet d’une soirée troublante dans un bar d’escort girls, qui aurait impliqué des employés de la société.

>> A lire aussi : Sexisme, discrimination, exploitation... Les cinq casseroles d'Uber en proie aux polémiques

Selon le média The Information, le patron d’Uber serait allé dans un bar d’escorts à Séoul en 2014, accompagné de la violoniste Gabi Holzwarth, sa petite amie de l’époque, ainsi que cinq autres employés de la société.

Des jeunes femmes sélectionnées 

Selon l’ex-petite amie de Travis Kalanick, les femmes présentes dans le bar se seraient mises en cercle, identifiées par un numéro, autour des employés masculins. Les hommes auraient alors « sélectionné » la femme de leur choix, à l’image d’une marchandise.

>> A lire aussi : Etats-Unis. Uber décide d'ouvrir une enquête après des accusations de harcèlement sexuel

Une employée, présente lors de cette sortie, a indiqué à Gabi Holzwarth s’être plainte auprès des ressources humaines de l’entreprise, expliquant « se sentir horriblement mal en tant que femme (le fait de voir toutes ces filles, numérotées avec des étiquettes et appelées, est vraiment dégradant) ».

Une histoire qui date de 2014

L’histoire sortirait seulement aujourd’hui en raison d’un appel récent de la part d’Emil Michael, vice-président d’Uber, qui était présent lors de cette soirée, à Gabi Holzwarth. Le vice-président d’Uber aurait fait part à la jeune femme de son inquiétude de voir l’histoire révélée au grand jour.

>> A lire aussi : Uber. Un nouveau responsable démissionne

Emil Michael aurait d’ores et déjà démenti avoir passé cet appel : « Son souvenir de cette conversation est différent du mien, et je suis vraiment désolé si le but de mon appel a été mal compris », aurait-il déclaré.