Benazir Bhutto allait «prouver» que les élections seraient truquées

PAKISTAN L'opposante assassinée allait accuser le camp du président Pervez Musharraf de «truquer»...

avec agence

— 

L'ex-figure de l'opposition pakistanaise Benazir Bhutto allait "prouver" publiquement que le camp du président Pervez Musharraf allait "truquer" les prochaines législatives pour se maintenir au pouvoir, avant qu'elle ne soit assassinée jeudi, a assuré mardi son parti.
L'ex-figure de l'opposition pakistanaise Benazir Bhutto allait "prouver" publiquement que le camp du président Pervez Musharraf allait "truquer" les prochaines législatives pour se maintenir au pouvoir, avant qu'elle ne soit assassinée jeudi, a assuré mardi son parti. — Tariq Mahmood AFP

Le camp du président Pervez Musharraf allait «truquer» les prochaines législatives pour se maintenir au pouvoir, et Benazir Bhutto alait le prouver au moment om elle a été assassinée.


>> Tous nos articles sur la crise au Pakistan en cliquant ici

 

«Mme Bhutto devait rendre public la nuit de son assassinat un document contenant les preuves de l'existence d'un plan pour truquer les résultats du scrutin par la Commission électorale et les services de renseignements (ISI)», a affirmé Latif Khosa, sénateur de son Parti du Peuple Pakistanais (PPP).

Elle disposait d'un rapport sur le sujet et devait le rendre public lors d'une conférence de presse dans la soirée de jeudi, selon Latif Khosa. «Il s'agissait d'un document de 160 pages intitulé "La démocratie une nouvelle fois tachée" et sa conférence de presse devait clore une rencontre avec des sénateurs américains en visite au pakistan».

La date des élections annoncée mercredi

Personne au gouvernement pakistanais n'était disponible pour commenter cette information pour l'heure. Le président Musharraff s'adressera à la population mercredi soir.

Les élections législatives prévues pour le 8 janvier seront reportées à février, selon des responsables du gouvernement et de la Commission électorale, qui devrait annoncer mercredi la date retenue, en raison de l'assassinat de l'opposante et des violences qu'il a déclenché dans tout le pays.