Texas: Deux nouvelles mesures anti-avortement adoptées par le Sénat

ETATS-UNIS La première mesure interdirait l’interruption médicale de grossesse (IMG) au deuxième trimestre. La seconde protégerait les médecins qui décideraient de ne pas dire à leur patiente que leur bébé est potentiellement handicapé…

20 Minutes avec agence
— 
Brochure d'information sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG).
Brochure d'information sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG). — DURAND FLORENCE/SIPA

Le Sénat de l’État du Texas (Etats-Unis), à majorité républicaine, a approuvé ce lundi deux mesures qui devraient limiter le droit des femmes à l’avortement. Ces lois doivent encore être approuvées par la Chambre des représentants et le gouverneur de l’Etat.

La première mesure interdit l’interruption médicale de grossesse (IMG) au deuxième trimestre, qui nécessite des instruments chirurgicaux pour ôter les tissus fœtaux. Cité par le Texas Tribune, le sénateur Charles Perry, à l’origine de ce texte de loi, juge cette technique « barbare » et la désigne comme un « avortement mutilation ».

Cacher des informations aux patientes

La deuxième mesure protégerait les médecins s’ils cachaient des informations à leurs patientes sur de possibles malformations, handicaps ou maladie du fœtus, pour empêcher ces femmes de recourir éventuellement à l’avortement.

« Les enfants nés avec des handicaps doivent avoir les mêmes droits que n’importe quelle personne valide », expliquait en février dernier Brandon Creighton, rapporteur de cette deuxième loi.

>> A lire aussi : Bientôt une loi permettant aux obstétriciens texans de mentir à leurs patientes ?

« Croisade contre les femmes »

« C’est une nouvelle tentative à peine voilée d’empêcher les Texanes d’accéder à leur droit constitutionnel à l’avortement », a dénoncé mardi Heather Busby, directrice du Naral Texas, un mouvement pour le droit à l’avortement, citée par le Huffington Post.

Les Sénateurs devraient « abandonner leur croisade contre les femmes et se concentrer sur des mesures qui améliorent la vie et la santé des femmes et de leurs familles », a pour sa part commenté Amanda Allen, conseillère juridique du Center for Reproductive Rights.

>> A lire aussi : Une élue propose de pénaliser la masturbation masculine face aux menaces du droit à l’avortement

Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abott, étant réputé hostile à l’avortement, la validation de ces deux lois ne devrait être qu’une formalité.