VIDEO: Un an après, Bruxelles a commémoré ses attentats au moment où Londres était frappée

TERRORISME Dans un climat sécuritaire tendu, la Belgique a rendu hommage aux victimes des pires attentats de son histoire…

N. Se. avec AFP

— 

Foule rassemblée pour une minute de silence en hommage aux victimes des attentats, place de la Bourse à Bruxelles, le 22 mars 2017.
Foule rassemblée pour une minute de silence en hommage aux victimes des attentats, place de la Bourse à Bruxelles, le 22 mars 2017. — Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

A 7h58 précisément, heure à laquelle la première bombe avait explosé le 22 mars 2016 à Bruxelles, la Belgique s’est figée mercredi.
Le roi des Belges Philippe et la reine Mathilde, des victimes et des représentants des services de secours ont observé depuis l’aéroport une minute de silence, exactement un an après les deux explosions qui avaient ravagé le hall des départs, faisant 16 morts.

« Osons la tendresse », a lancé le roi de Belges, donnant le ton de cette sombre journée anniversaire. Les commémorations se sont poursuivies à la station de métro Maelbeek, où avait eu lieu, une heure plus tard, la seconde attaque suicide qui avait également fait 16 morts. « Se relever, même si parfois on n’arrive pas à se raccrocher à la vie, qui file à toute vitesse. Avancer, malgré les images d’horreur qui tournent en boucle dans la tête. Aller vers l’humanité, car l’humain était au rendez-vous ce jour-là », a témoigné une rescapée, Christelle.

Londres victime d’un attentat pendant les commémorations

L'horreur arrivait au même moment, de l’autre côté de La Manche, cinq personnes ont été tuées dans un attentat à Londres, environ 40 autres blessées. Un homme a lancé sa voiture contre la foule sur un pont menant au Parlement et poignardé à mort un policier avant d’être abattu par la police. Un acte qui est venu un peu plus noircir cette journée de commémorations.

>> A lire aussi : Attaque terroriste à Londres: Policiers, lycéens, touristes... Qui sont les victimes?

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s’est dit « bouleversé ». « Le fait que le jour même (de l’anniversaire des attentats de Bruxelles) quelque chose de similaire se produise à Londres (…) me place vraiment dans la situation de celui qui n’a pas assez de mots (…) pour dire ce que je ressens profondément », a-t-il ajouté.
Le Premier ministre belge, Charles Michel, a lui présenté ses condoléances aux Britanniques sur Twitter.

L’attentat perpétré à Londres, qui semble n’avoir aucun lien immédiat avec l’attaque qui a endeuillé Bruxelles l’année dernière, n’a pas d’impacts sur le niveau sécuritaire en Belgique a indiqué Peter Mertens, porte-parole du centre de crise des Affaires Intérieures sur base d’une première analyse de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) menée à partir des informations actuellement disponibles. Le niveau 3 de menace est donc maintenu.
Comme après l’attaque à l’aéroport d’Orly en France, plusieurs services se sont cependant vus rappeler qu’ils doivent être vigilants et que certaines mesures sont en vigueur.