Etats-Unis: Émotion à Chicago après la diffusion d'un viol collectif sur Facebook

VIOL Six suspects sont toujours recherchés... 

20 Minutes avec AFP

— 

Live Video, sur Facebook, permet de diffuser des vidéos en direct.
Live Video, sur Facebook, permet de diffuser des vidéos en direct. — FACEBOOK

La police de Chicago recherchait, ce mercredi, jusqu’à six suspects impliqués dans le viol collectif d’une adolescente diffusé en direct sur l’application Facebook Live. L’agression s’est produite après que la jeune fille de 15 ans a été portée disparue, dimanche. Elle a été retrouvée ce mardi matin et admise dans un hôpital pour enfants.

>> A lire aussi : Agression en direct sur Facebook: Comment est réalisée la modération des lives vidéo

« Je ne peux pas imaginer ce que cette mère est en train de traverser »

Le chef de la police de Chicago s’est impliqué personnellement dans l’affaire après avoir été approché par la mère de la jeune fille, qui lui a montré des photos tirées de la vidéo Facebook Live dans laquelle plusieurs jeunes hommes agressent sexuellement l’adolescente, selon les médias américains.

« C’est dégoûtant. En tant que père de deux filles, je ne peux pas imaginer ce que cette mère est en train de traverser », a déclaré ce mardi Eddie Johnson, le chef de la police de Chicago. Les autorités ont ouvert une enquête criminelle pour agression sexuelle et ont déclaré à l’AFP n’avoir arrêté aucun suspect pour l’instant.

Peu de réactions de la part de Facebook 

Facebook s’est refusé à commenter directement l’incident, mais a déclaré dans un communiqué que l’entreprise prend très au sérieux sa « responsabilité d’assurer la sécurité des gens sur Facebook ». « Ce genre de crime est atroce et nous n’autorisons pas ce type de contenu sur Facebook », peut-on lire dans le communiqué.

>> A lire aussi : Périscope: Un viol présumé filmé en direct sur l'application

La vidéo du viol diffusée en direct a attiré jusqu’à 40 spectateurs en même temps. Aucun n’a contacté la police. La vidéo a été retirée, après que la police a contacté Facebook.