Au moins 16 personnes, en plus de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto, ont en outre été tuées dans cet attentat suicide qui a également fait au moins 56 blessés, a annoncé le gouvernement du Pakistan.
Au moins 16 personnes, en plus de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto, ont en outre été tuées dans cet attentat suicide qui a également fait au moins 56 blessés, a annoncé le gouvernement du Pakistan. — Aamir Qureshi AFP

PAKISTAN

Le Pakistan va-t-il sombrer dans le chaos?

Après l’attentat qui a coûté la vie à Benazir Bhutto...

Après l’attentat qui a coûté la vie à Benazir Bhutto, tour d'horizon de la situation au Pakistan.

Que s’est-il passé à Rawalpindi?

L'ex-Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto, 54 ans, l'un des leaders de l'opposition, est morte des suites de ses blessures, après l'attentat-suicide qui a visé un de ses meetings, à Rawalpindi dans la banlieue d'Islamabad. Les corps d'au moins 16 personnes ont été retirées du lieu de l'attentat, et au moins 56 personnes ont été transportées dans divers hôpitaux, dont Benazir Bhutto qui y est décédée des suites de ses blessures.

Comment est morte Benazir Bhutto?

Accompagnée des autres dignitaires de son parti, Benazir Bhutto était en train de quitter les lieux quand le kamikaze s’est rapproché. Il aurait tiré quelques coups de feu, avant de faire sauter la bombe qu’il portait sur lui. Selon la chaîne de télévision Ary-One, Benazir Bhutto a été touchée par une balle dans le cou, avant l’explosion.

Avait-elle déjà été visée par des attentats?

Oui. Le jour de son retour au pays, le 18 octobre, deux kamikazes avaient tué 139 personnes dans un gigantesque défilé de sympathisants qui célébraient, à Karachi, la grande ville du sud, le retour de l'ex-Premier ministre de huit années d'exil. Benazir Bhutto avait échappé aux kamikazes parce qu'elle se trouvait à l'intérieur d'un camion blindé en tête du défilé. Un «avertissement» selon un spécialiste de la région, interrogé par 20minutes.fr.

Mercredi, la police avait déjà arrêté un garçon de quinze ans portant une bombe, qui tentait d'assister à un meeting de Benazir Bhutto.

Qui l’a tué?

Difficile de le savoir pour l’instant. L’hypothèse la plus probable serait les islamistes contre lesquels Benazir Bhutto était décidée à lutter. Elle proposait par exemple d’autoriser les Américains à bombarder les zones tribales frontalières avec l’Afghanistan. Les islamistes «essaient de s’emparer de mon pays et nous devons les en empêcher», avait-elle expliqué avant son retour. Les services secrets, très liés aux islamistes, pourraient aussi être les auteurs de l’attentat. D’autant que ce dernier s’est déroulé à Rawalpindi, une ville garnison réputée la plus sûre du pays.

Qui était Benazir Bhutto?

Seule femme à avoir dirigé le très musulman Pakistan, Benazir Bhutto était la fille d’un héros du peuple, Zulfiqar Ali Bhutto, premier chef du gouvernement issu d'un parti progressiste à avoir tenu tête aux militaires. Diplômée d'Oxford et de Harvard, jetée en prison quand son père est déposé par le général Zia Ul-Haq en 1977, Benazir Bhutto reprend le flambeau familial du Parti du peuple pakistanais, et gouverne le pays à deux reprises, entre 1988 et 1996. En occident, elle a une image progressiste, mais elle perd peu à peu le soutien du peuple, tant ses mandats sont entachés par la corruption. Elle s’est ensuite exilée à Londres quand Pervez Musharraf a pris le pouvoir par un coup d'Etat en 1999.

Pourquoi était-elle rentrée au Pakistan?

En juillet 2007, elle négocie avec Musharraf un futur accord de partage du pouvoir pour les législatives prochaines. Un accord vite tombée à l’eau. Benazir Bhutto est donc devenue la principale figure de l’opposition à Pervez Musharraf pour les élections législatives qui devaient se dérouler dans deux semaines, à la mi-janvier.

Le Pakistan va-t-il sombrer dans le chaos?

C’est la crainte de la communauté internationale. Pervez Musharraf a appelé ses concitoyens à rester calmes pour «que les desseins diaboliques des terroristes soient mis en échec». Il a aussi qualifié l'assassinat de Benazir Bhutto «d'immense tragédie nationale» et décrété un deuil de trois jours dans le pays.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé de tenir une réunion d'urgence jeudi pour discuter de la situation au Pakistan. Dans la soirée, des violences ont commencé à éclater dans tout le pays. Aussitôt, les troupes paramilitaires et la police ont été placées en «état d'alerte rouge», a annoncé le ministère de l'Intérieur.