Islam Karimov réélu à la tête de l'Ouzbékistan

PRESIDENTIELLE Il règne sans partage sur le pays depuis 1989...

avec agence

— 

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a jugé non démocratique lundi l'élection présidentielle qui s'est tenue la veille en Ouzbékistan et qui devrait se conclure par une victoire écrasante du président sortant Islam Karimov
L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a jugé non démocratique lundi l'élection présidentielle qui s'est tenue la veille en Ouzbékistan et qui devrait se conclure par une victoire écrasante du président sortant Islam Karimov — AFP/Archives
Sans surprise, Islam Karimov a été réélu à la tête de l’Ouzbékistan. Avec 88,1% des voix, le président sortant 70 ans en janvier, s'impose ainsi pour un nouveau septennat.

Les trois autres candidats, qui soutiennent tous le régime en place, ont obtenu chacun autour de 3% des suffrages. Le reste, soit 2,9%, sont des bulletins nuls.

Un scrutin «pas conforme», selon l'OCSE

«Les élections ont eu lieu en accord (...) avec les principes démocratiques, de manière ouverte et transparente», a estimé le président de la commission électorale, ajoutant qu'aucune plainte pour fraude électorale n'avait été déposée.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a estimé pour sa part que le scrutin n'avait «pas été conforme à de nombreux critères de l'OSCE pour la tenue d'élections démocratiques».

La Commission électorale avait annoncé dimanche que la participation avait atteint 90,6%, un chiffre sujet à caution selon l'OSCE, qui l'estime «inhabituellement élevé».

Le président Islam Karimov règne sans partage sur l'Ouzbékistan depuis 1989, éliminant toute forme d'opposition en exilant ou en emprisonnant ses détracteurs.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.