Irak: Des manuels scolaires de Daesh retrouvés à Mossoul

EDUCATION Un programme éducatif macabre…

C. Ape.
— 
Des enfants de  Nahr al-Ezz, à 150 km au nord de Bassorah, en Irak
Des enfants de Nahr al-Ezz, à 150 km au nord de Bassorah, en Irak — HAIDAR MOHAMMED ALI / AFP

L’éducation des plus jeunes version Daesh à de quoi faire froid dans le dos. Des manuels « scolaires » imprimés par l’organisation ont été retrouvés par les forces irakiennes après la reprise de certains quartiers de Mossoul, rapporte notamment Libération.

A l’intérieur, des cours de langue arabe, d’anglais, d’histoire, de géographie, de physique, de chimie, de biologie, de mathématiques, le tout teinté d’un accent guerrier, mais aussi des cours de « culture djihadiste ».

G pour « gun », B pour « battle »

Pour preuve, les images choisies pour apprendre l’anglais aux enfants. Adieu animaux ou autre personnages habituellement utilisés comme illustration. Place au G pour « gun » (fusil), le B pour « battle » (bataille), le S pour « sniper » (tireur d’élite) ou encore le W pour « woman », accompagné d’une image d’une femme portant une burqa, souligne Fox News.



Même chose du côté des mathématiques. Oubliez les problèmes illustrés avec deux trains qui se croisent ou une baignoire dont il faut deviner combien elle contient de litres d’eau. « Une fabrique d’explosifs produit 100 engins par jour. Combien en produit-elle par heure ? Ou encore « une voiture chargée de 2 tonnes d’explosif C4 est lancée par un kamikaze au milieu d’une foule de mécréants sur une distance de 100 mètres. Combien de personnes seraient tuées ? 1 - dans un lieu en plein air ? 2 - dans un espace clos ? ».

Un savant égyptien ministre de l’Education

Tout a un caractère belliqueux. Pour apprendre à lire l’heure, les enfants font face à une illustration d’horloge placée sur une bombe minutée. Même chose pour celle sur les divisions. « Si ton chargeur contient 42 balles et que tu dois tirer sur 7 mécréants comment répartir tes tirs ? » Ainsi l’enfant parvient à la conclusion suivante : « 42 ÷ 7 = 6 ».

Ces manuels sont l’œuvre des spécialistes du « Diwan de l’éducation », un des premiers départements ayant vu le jour après la proclamation du « califat » à l’été 2014, sur un territoire à cheval sur l’Irak et de la Syrie. Le « ministre de l’Education », est un « savant » égyptien de nationalité allemande surnommé « le bicorne ».

Les programmes scolaires, allant de la maternelle à l’université, sont entrés en vigueur à la rentrée scolaire 2015-2016. Cette mesure concerne des centaines de milliers d’enfants qui, depuis trois ans, ont suivi leur enseignement dans les écoles contrôlées par l’Etat islamique, en Irak, note Libération.

Côté géographie, certains territoires sont rebaptisés par leur ancien nom. La Syrie redevient le pays de Cham, une partie de la péninsule arabique le Hijaz, une autre le Nejd. Une partie de la péninsule arabique est, elle, appelée péninsule du prophète Mohamed. La carte du monde arabe s’étend jusqu’en Andalousie et au sud de la Turquie ou encore dans la région iranienne d’Al-Ahwaz, sur la rive du golfe Persique, peuplée d’arabophones sunnites.

Le ministère de l’Education irakien a fait savoir que les diplômes délivrés par Daesh ne seront pas valables et que les enfants ayant suivi ce cursus morbide devront « reprendre les classes à zéro ».